Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Un article d' Lamine Réda |Dia.algerie.com| 07 février 2017

 

DIA- 07 février 2017: L’Algérie se tourne peu à peu vers l’écologie et le conditionnement sain des produits alimentaires, suivant le dicton « doucement mais surement » mais dans le sens inverse. La nouvelle «fable» concerne cette fois les sachets de lait. Ce produit ne sera plus commercialisé dans des sachets en plastique mais sous forme de briques en carton.

En effet, cette nouvelle a été annoncée par le directeur commercial du Complexe laitier d’Alger (Colaital), M.Mohamed Said, qui a affirmé que « toutes les mesures ont été prises pour que les producteurs de lait se mettent à commercialiser du lait en briques dès le mois de mars prochain ». Il expliquera dans ce sens que « les équipements et les matières premières ont été réceptionnées » par Colaital, tout en indiquant que les producteurs de lait espèrent réussir à commercialiser 100.000 briques de lait dans une première phase avant de se mettre à généraliser ce procédé à travers le territoire national. Concernant le prix de ces futures briques de lait, M.Said n’a pas donné de détails.

Toutefois, ce n’est pas la première fois qu’on entend de telles annonces. Le Premier Ministre, Abdelmalek Sellal, avait deux ans auparavant demandé aux producteurs de lait d’utiliser des emballages « sain », car les sachets en plastique étaient « nocifs » pour la santé.  Ainsi, il aura fallu deux ans avant que cette décision ne soit mise en œuvre ; ou plutôt en cours de mise en œuvre.

L’on se rappelle des différentes campagnes pour l’utilisation des sacs en papier pour le pain, notamment la fameuse campagne « sacs en papier pour le pain», où les boulangers devaient servir le pain dans des sacs en papier et non en plastique. Responsables et Ministres avaient plaidé en faveur de ce procédé. Seulement, après tant d’années, on remarque que le constat est le même. Le pain est toujours servi dans des sachets, hormis quelques boulangers consciencieux ici et là. Mais la tendance générale est aux sachets en plastique.

Selon les experts les sachets en plastique sont souvent fabriqués à base de matières organiques recyclées, dont certains composants peuvent être toxiques et leur contact avec des produits destinés à l’alimentation est fortement déconseillé car provoquant à long terme des maladies chroniques qui peuvent atteindre des organes vitaux comme le foie et l’estomac. De surcroît, le sac en plastique coûte aussi cher à éliminer qu’à fabriquer. Par contre, le sac en papier est, quant à lui, un produit biodégradable et présenté comme bénéfique à la fois pour le consommateur et pour l’environnement, à condition qu’il soit issu de produits vierges répondant aux standards internationaux.

Les citoyens quant à eux espèrent bien que ces mesures soient effectives sur le terrain et non pas juste des annonces. D’ailleurs l’on se demande si l’on va vraiment vers les briques de lait et les sacs en papier, ou est-ce juste une fable comme les autres ?
Lamine Réda

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article