Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

01/02/2017 17:02 |APS

ADDIS-ABEBA- Les efforts consentis par les pays africains dans le domaine de l'environnement permettent de mieux appréhender les défis que pose ce phénomène, a indiqué mardi à Addis-Abeba, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal.

"Les efforts consentis par les pays africains dans le domaine de l'environnement et l'esprit de concertation et de coordination qui anime la position africaine sur les changements climatiques, nous permettent aujourd'hui de mieux appréhender les défis que posent ces changements climatiques", a déclaré M. Sellal à l'occasion de l'examen par la Conférence de l'Union africaine (UA) du rapport sur les activités du Comité des chefs d'Etat et de Gouvernement africains sur le changement climatique (CAHOSCC).

"En dépit des disparités économiques qui affectent les différentes régions de notre continent et de la vulnérabilité induite par les effets néfastes des changements climatiques, notre engagement commun demeure intact", s'est-il félicité.

Pour M. Sellal cet engagement "mérite d'être consolidé davantage" à travers une mobilisation "continue" de l'Afrique qui a "grandement" contribué à l'élaboration de la position africaine commune.

Il a, à cet égard, rappelé que deux initiatives "phares" de lutte contre les changements climatiques ont été prises dans le cadre de l'UA et lancées durant la COP21, à savoir, l'Initiative Africaine sur l'Adaptation (IAA) et l'Initiative sur le développement des énergies renouvelables (IAER).

"Ce faisant, nos pays ont souligné la nécessité d'une meilleure appropriation de ces initiatives par notre Organisation continentale", a souligné le Premier ministre.

"L'oeuvre qui nous incombe dans ce domaine appelle, en premier lieu, à une coordination avec l'ensemble de la communauté internationale", a estimé M. Sellal, précisant qu'elle "requiert, ensuite, que les instruments de coopération retenus soient judicieusement exploités".

Dans ce contexte, le Premier ministre a indiqué que la mise en oeuvre de l'Accord de Paris "doit, dans ce cadre, garantir un traitement équilibré et adapté des moyens de mobilisation des ressources, y compris financières".

Il a ajouté que l'obligation faite, au titre de l'Accord de Paris, aux pays développés, de mobiliser 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020 au profit des pays en voie de développement "constitue une avancée considérable qui doit, toutefois, se traduire sur le terrain par des actions concrètes".

Enfin, M. Sellal a constaté que "malgré les progrès réalisés, les pays africains font face à de grands défis que seule une meilleure concertation conjuguée à une répartition équitable des moyens de lutte pourraient aider à surmonter".

Concernant l'Algérie, M. Sellal a relevé que le pays "qui a accumulé une expertise importante dans ce domaine et qui souhaite la mettre à la disposition des pays africains, est pleinement disposé à poursuivre son action en faveur d'une meilleure prise en charge de ces défis pour un environnement sain".

M. Sellal est arrivé samedi à Addis-Abeba pour représenter le président de la République, Abdelaziz Bouteflika aux travaux de la 28ème session ordinaire de la conférence des chefs d'Etat et de Gouvernement de l'UA.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article