Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

 Par Redouane Benchikh|EL WATAN

C’est ce qu’a annoncé Mme Acia Benberkat, présidente de GHFA, lors d’un point de presse tenu dimanche au siège du journal El Djoumhouria, à Oran.

L’association, créée en novembre 2015, œuvre dans le domaine de l’écologie et de l’environnement, avec pour objectif la préservation du patrimoine naturel algérien, en sensibilisant, notamment, les plus jeunes, a précisé Mme Benberkat, en rappelant les richesses naturelles et humaines dont dispose l’Algérie.

«Il s’agit pour nous de réaliser des échanges d’expertises dans le mouvement associatif et les différents acteurs de la société civile en France et ceux qui font des choses en Algérie», a-t-elle dit, en soulignant qu’ «il existe des compétences également dans notre pays, comme c’est le cas à Adrar, dans le secteur de la santé, où une expérience d’intégration des technologies de l’information (TIC) mérite d’être valorisée et échangée avec d’autres associations ou experts venus de France, par exemple». Ladite association fait également la promotion de l’Algérie à l’échelle mondiale, en «transmettant tout ce qu’il y a de beau dans notre pays», a encore précisé la conférencière.

Sur la question du patrimoine, Gherbaoui Sofiane, journaliste et membre de GHFA, a insisté sur l’importance de «réconcilier les Algériens, comme c’est le cas à Oran, avec leur patrimoine et leur héritage historique, au-delà de l’avantage économique que le tourisme peut représenter». GHFA a déjà pris contact avec beaucoup d’associations, comme la fondation La Casbah, en s’intéressant aux métiers de l’artisanat et autres créneaux relevant du patrimoine. En matière d’environnement, les conférenciers ont évoqué le volet juridique comme outil important pour la préservation des ressources naturelles. Et c’est la première femme avocate française à avoir prêté serment dans l’Algérie indépendante, en l’occurrence maître Jacqueline Morand Deviller, qui a rappelé l’expérience française dans le domaine du droit de l’environnement.

Cette ancienne chargée de cours à la faculté de droit d’Oran est présentée aujourd’hui comme une experte spécialisée en matière de droit de l’environnement et de l’urbanisme. Toute son expérience est à la disposition de la société civile algérienne, qui compte mieux s’organiser pour mener à bien son combat écologique. Un autre expert, le juge fédéral argentin Pablo Gallegas, également haut conseiller en Argentine, a appelé la société civile à s’organiser et à dépasser ses contradictions, pour mieux défendre sa cause face au pouvoir exécutif.

«Nous avons vécu presque la même chose que vous en Argentine, mais il ne faut pas avoir peur de dire non à l’administration, car c’est ainsi que nous avons arraché le droit constitutionnel de pouvoir saisir le juge en matière d’environnement, par exemple», a lancé le juge Pablo. En outre, la conférence d’hier a été suivie d’un long débat sur l’état des lieux de la société civile en Algérie, ainsi que sur les perspectives de coopération entre les associations algériennes et celles relayées par GHFA, qui ambitionne de jouer le rôle de catalyseur, en mettant en contact différents acteurs des deux rives à même de favoriser l’échange d’expériences et le transfert de savoir-faire.
 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article