Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par REVUE DE WEB NOUARA

REVUE DE WEB|EL WATAN |le 11.02.17 | 15h53

 

 

"La quasi-totalité des ports de pêche répartis sur la côte ouest de pays allant de Bou Haroun (Tipaza) à El Ghazaouet (Tlemcen) utilisent la dynamite qui engendre des répercussions négatives sur les stock vitaux des ressources halieutiques".

La pêche à la dynamite a pris des proportions alarmantes  avec un petit nombre de ports de pêche qui respectent la règlementation d'interdiction de l'utilisation de cet explosif et se conforment à la pause biologique, a prévenu  le président de la commission nationale de la pêche, Hocine Bellout.          

Sur les 33 ports de pêche au niveau national, les ports de seulement  cinq (5) wilayas côtières (Alger, Bejaia, Jijel, Skikda et El Tarf) se conforment à la réglementation, a précisé M. Bellout lors d'une rencontre sur les ressources halieutiques organisée par l'Union générale des commerçants et artisans algériens (Ugcaa). "La quasi-totalité des ports de pêche répartis sur la côte ouest de pays allant de Bou Haroun (Tipaza) à El Ghazaouet (Tlemcen) utilisent la dynamite qui engendre des répercussions négatives sur les stock vitaux des ressources halieutiques", a souligné cet expert qui a appelé les pouvoirs publics à appliquer fermement les lois en vigueur contre les récalcitrants.          

Plus grave encore, il a fait savoir que près de 10.000 tonnes de déchets énergétiques (fuel, huiles industrielles...) se déversent annuellement dans les  eaux côtières, sachant qu'une (1) tonne de ces déchets peut polluer une superficie  de 100 hectares des eaux en haute mer. Dans ce sillage, il a indiqué que 120.000 navires transportant des  produits énergétiques transitaient annuellement par le bassin méditerranéen  en dégageant des quantités énormes de fuels.

M. Bellout a aussi exprimé ses craintes quant aux quantités des pesticides stockés actuellement au niveau des wilayas côtières et dont les volumes atteignent 190 tonnes, représentant un risque majeur à l'environnement  maritime.          

Abordant également la pêche au corail dans la côte est du pays dont notamment la wilaya d'El Tarf, il a relevé que des dépassements  graves et des violations de la loi sont toujours commis par la quasi-totalité  des pêcheurs de cette ressource maritime qui ne respectent pas la pause biologique  et dépassent largement les quotas permis par la direction de pêche de la wilaya.          

S'agissant de la production du poisson, M. Bellout a estimé qu'elle ne dépassait pas actuellement les 72.000 tonnes/an. "Nous sommes arrivés à un moment donné à importer environ 600.000  tonnes de poisson. C'est une facture lourde. Nous aurions pu investir pour améliorer la filière en se focalisant sur la construction navale (bateaux et ports de pêche) et la formation dans les spécialités des métiers de mer", a-t-il  préconisé.
 

APS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article