Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par REVUE DE WEB ECOLOGIQUE NOUARA

Par AFP le 27 février 2017

 

Réduire significativement l'usage de pesticides est possible sans nuire à la productivité et à la rentabilité d'une exploitation agricole, conclut une étude à grande échelle menée en France et publiée lundi dans Nature Plants.

La plupart des cultivateurs pourraient ainsi s'y mettre, une étape clé pour l'environnement, la santé humaine et l'essor d'une agriculture durable, souligne l'étude, qui relève aussi la nécessité d'accompagner les agriculteurs dans la mise en place de ces pratiques nouvelles.

Les chercheurs de l'Inra, l'institut français de recherche agronomique, ont étudié 946 fermes de grandes cultures conventionnelles (non bio) utilisant différents niveaux de produits chimiques anti-nuisibles, pour des productions variées.

Il en ressort qu'on pourrait réduire les traitements en maintenant une productivité équivalente ou meilleure dans 94% des cas, et une rentabilité équivalente ou meilleure dans 77% des cas.

Cependant, 89% des exploitations n'enregistreraient pas de gain de performance économique, juste une stabilité.

Pour 59% d'entre elles, on pourrait même réduire jusqu'à 42% l'emploi de pesticides à rentabilité équivalente (soit -37% d'herbicides, -47% de fongicides, -60% d'insecticides).

Les 23% de fermes qui, au contraire, auraient leur rentabilité affectée, concernent surtout des cultures à caractère industriel et fort usage de pesticides. Dans ce cas, il faudrait renforcer l'innovation pour contrer cette dépendance aux biocides (par exemple, des variétés de pommes de terre résistantes, selon l'étude).

Quoi qu'il en soit, la seule réduction par 77% des fermes permettrait déjà d'atteindre les 30% de pesticides en moins au niveau national en France.

Pour autant, il faudra aider les agriculteurs dans cette transition complexe, impliquant une adaptation conséquente des systèmes de cultures (conseil, organisation des filières, incitations économiques, etc), ajoutent les auteurs.

Pour l'agronome Vasileios Vasileiadis, du Conseil de la recherche italien, "ces résultats sont d'une grande importance car ils suggèrent que réduire les pesticides est à la portée de la plupart des agriculteurs français, sans frais". Il est essentiel que ces travaux soient connus aussi des décideurs, au niveau national comme européen, estime ce chercheur dans un commentaire pour Nature Plants.

Car "il est peu probable que les agriculteurs adoptent ce type de stratégies" d'eux-mêmes, souligne-t-il: aux politiques de "développer des mesures les y encourageant".

La France est le sixième consommateur européen de pesticides par rapport à la surface cultivée. Après un premier échec, le gouvernement a lancé un plan "Ecophyto 2" pour réduire de 20% le recours à ces substances d'ici à 2021.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article