Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

Par Liberté /le 06-04-2017 12:00

Le “rôle du cactus dans la vie socioéconomique d’une région subsaharienne démontre clairement son impact comme une solution d’autonomie”.

La direction des services agricoles (DSA) de la wilaya de Béjaïa et l’université Abderrahmane-Mira ont organisé, avant-hier, en collaboration avec l’Association nationale pour le développement du cactus, un atelier national sur “Les perspectives de développement de la culture du figuier de Barbarie en zone de montagne”.

Outre les cadres de la DSA, des chercheurs universitaires, des représentants de l’INRAA d’Oued Ghir, du Haut-Commissariat au développement de la steppe (HCDS) ont pris part à cette rencontre, tenue au siège de la DSA.

“Cet atelier est une suite logique du premier séminaire dédié à la figue de Barbarie, tenu le 19 septembre 2016 au campus d’Amizour. Aujourd’hui, nous sommes là pour donner un sens pratique aux recommandations de la première rencontre qui a suscité un intérêt particulier au sein de la population de la région.

L’université de Béjaïa, en tant que partenaire privilégié, est l’essence de la recherche, alors que la DSA se veut être le moteur de développement et d’accompagnement de cette filière”, a expliqué le DSA de Béjaïa, Laïb Makhlouf, lors de son allocution d’ouverture.

L’orateur a tenu à rappeler, lors de son intervention, que “le figuier de Barbarie est une plante des régions arides et semi-arides qui présente une large gamme de produits naturels et manufacturés. C’est une ressource exploitable dans des zones géographiques où l’emploi se fait rare, où l’exode rural sévit.

C’est dans ce sens que plusieurs pays dans le monde se sont engagés pour le développement de la culture du figuier de Barbarie et sa transformation”. En s’appuyant sur ces expériences, notamment celles des pays voisins, le ministère de l’Agriculture envisage de mettre en lumière la valorisation du figuier de Barbarie en Algérie, plus particulièrement dans les zones montagneuses et les bassins côtiers, a affirmé en substance M. Laïb.

À noter qu’une dizaine de communications présentées par des chercheurs universitaires et autres spécialistes en la matière était au menu de cette journée consacrée exclusivement au développement de la figue de Barbarie en Algérie. Ainsi, Pr Khodir Madani, directeur du laboratoire de recherches de la faculté des sciences de la nature et de la vie de Béjaïa, a donné une communication ayant pour thème “Les impacts environnementaux des plantations du cactus”.

L’intervenant a tenu à souligner le “rôle du cactus dans la vie socioéconomique d’une région subsaharienne” qui, selon lui, “démontre clairement son impact comme une solution d’autonomie, un complément de revenus pour les familles, source d’alimentation de bétail et de cohésion sociale et, enfin, un facteur de diminution du taux de migration vers les pôles urbains”.


K. O.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article