Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Opération de nettoiement en Algérie: il faudrait dépasser le stade des symboles ...

AU DELA DU SYMBOLE, LA REALITE...

Je pense qu'une opération de nettoiement ne peut être efficace, et encore plus légitime, que si elle est abordée avec un soin tout particulier au devenir des déchets qui vont être ainsi récoltés.

Car, si dépolluer un site, revient à en polluer d'autres, parce que les déchets collectés finiront dans une décharge sauvage, ou bien dans un Centre d'Enfouissement Technique saturé, alors il me semble que leurs auteurs ne feront que passer de Charybde à Scylla...

Ces opérations devraient toujours être associées à des actions collectives de tri sélectif, ainsi qu'en partenariat avec des entreprises de recyclages; au moins, leurs organisateurs devront se soucier d'où finiront les déchets qu'ils auront ramassé.

Ces actions devraient également déboucher, le plus souvent possible, sur des aménagements de ces sites, mais aussi des programmes d'éducations durables, pour que la pollution dont ils ont été victime ne s'y reproduise pas ou peu. A ce titre, les autorités locales et nationales ont le devoir de participer à cette phase avec toute la sincérité et l'efficience que leur responsabilité politique incombe.

Enfin, je trouverai pertinent de veiller autant que possible à produire un rapport statistique qui nous informerait sur la nature, la provenance, ainsi que la datation des déchets qui auront été prélevés de ces lieux qu'ils polluaient. De même, et dans le meilleur des cas, il serait judicieux de faire à chaque fois une étude sociologique de ces endroits, afin de cerner en premier lieu les raisons locales de cette pollution contre laquelle on s'est engagé de lutter.

Il faudrait donc associer en priorité les universitaires locaux, afin de créer une base de données régionale, mais aussi nationale, qui nous permettra de lutter contre ces fléaux avec une visibilité qui se transformera petit à petit en vision.

Nous devons toutes et tous apprendre, ensemble, à dépasser le stade des actions symboliques, pour les inscrire dans de véritables programmes d'économie circulaire, où chaque détail local comptera dans la cohérence de la totalité de l'ensemble global.

Sinon, de circulaire, notre écologie nationale, n'aura saisi de la particularité du cercle, que celle de toujours tourner en rond. Pour ne produire que de beaux symboles, certes, mais si éphémères. Là où notre pays a besoin de créer de la réalité, positive, concrète, et encore plus durable....

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article