Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Ecologie en Algérie

Par Khider Ouahab/ Liberté/  le 15.06.17 | 12h00

Apparemment, personne ne s’attendait à ce que la population locale puisse se soulever et dénoncer la mise à mort des arbres qui ornent l’espace urbain de la ville de Skikda.En effet, l’acte citoyen ayant conduit, lundi dernier, à préserver un des ficus de la place de l’Eglise ne cesse d’alimenter depuis, les soirées ramadanesques et les réseaux sociaux.

Hier encore, des représentants de quelques associations locales ont organisé un rassemblement devant le siège de l’APW, en brandissant des slogans évoquant leur refus de voir les arbres de la ville se faire massacrer. Ils ont par la suite été reçus par le président de l’APW, qui, selon leurs dires, leur avait fait part de la volonté des pouvoirs publics de veiller au respect des espaces verts et des arbres de l’espace urbain de la ville. «Le président de l’APW  nous a rassurés en nous faisant part de la décision, prise la veille seulement, d’interdire à toute institution, publique ou privée, de procéder aux opérations d’élagage sans l’aval de la direction de l’environnement et celui de la Conservation des forêts», témoigne un des représentants de la société civile, qui a tenu également à saluer «le retour d’écoute positif des élus au sujet des dernières dénonciations citoyennes relatives aux opérations ayant presque massacré plusieurs arbres de la ville.» A rappeler que ces dénonciations avaient éclaté, lundi dernier, lorsque des agents étaient venus élaguer un arbre au centre-ville, sans précaution aucune, enclenchant ainsi la colère des citoyens qui s’y étaient fermement opposés.

Une pétition avait même circulé et les réseaux sociaux ont fini depuis par prendre le relais en servant de support aux expressions de dénonciations au ton très acerbe. Au sujet des commanditaires de cette opération, une grande polémique a fini par éclater entre ceux qui soutiennent que c’était le chef de daïra qui en serait derrière, en affirmant même qu’il aurait eu recours à des agents de la commune de Hammadi Krouma pour procéder aux élagages à travers la ville de Skikda. D’autres jugent que les fautifs sont plutôt les élus de l’APC de Skikda, même si ces derniers avaient clairement déclaré qu’ils n’avaient à aucun moment ordonné un tel acte. Loin de cette polémique, le plus important dans cette histoire reste ce brin de sursaut des Skikdis, qui semblent renouer avec l’acte civique et citoyen. A noter également l’implication directe de quelques associations, comme les Amis de Skikda, d’Ecologica et Bariq 21, qui se sont manifestées, chacune à sa façon,  pour dénoncer au grand jour une atteinte caractérisée contre l’environnement.

Khider Ouahab

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article