Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web écologie en Algérie

 

17 Mai 2017 - 20:46

L'absence de centres de tri et de recyclage est un véritable drame en Algérie. Une étude du plan de gestion de déchets spéciaux (DS) et déchets spéciaux dangereux (DSD) de la wilaya d’Oran a présenté, lors d’une journée d’étude mercredi, un "diagnostic alarmant" sur une production annuelle plus de 200.000 tonnes de DS et DSD et l’absence de structures pour les traiter.

"Le diagnostic est alarmant", a mis en garde Toufik Sarmouk, directeur du Cabinet d'études environnementales et risques industriels, qui a réalisé le plan de gestion. Il a averti que le volume des DS et DSD est appelé à croître avec le processus d’industrialisation que connaît la wilaya d’Oran.

Les prévisions portent sur une production moyenne de déchets industriels DS et DSD de l’ordre de 134.600 tonnes par an à l’horizon 2025, dont plus de 4.000 tonnes de classe "S" et 130.600 tonnes de classe "SD".

"Avec l’absence d’incinérateurs, des CET de classe 1, destinés à l'enfouissement des DS et les DSD et des filiales de traitement spécialisées, une partie de ces déchets se retrouve dans les décharges, les centres d’enfouissement technique et les réseaux d’assainissement", a déploré M. Sarmouk, estimant que "la non-prise en charge de ces déchets selon les normes requises engendre des risques de contamination de l’air, du sol et de l’eau ayant des répercussions sur la santé de la population".

Face à cette situation, les différents intervenants lors de cette journée d’études, dont des directeurs locaux de plusieurs secteurs concernés, ont appelé à l’adoption de mesures dans les plus brefs délais pour y remédier.

La directrice de l’EPIC "CET" d’Oran, Chellal Dalila, a appelé à l’adoption d’un plan d’urgence pour prendre en charge le problème des déchets spéciaux et spéciaux dangereux, dont une partie aboutit dans les centres d'enfouissement technique.

Le volume des DS et DSD est estimé à 200.000 tonnes par an à Oran, soit 50% du volume des déchets ménagers assimilés, estimé à 400.000 tonnes par an dans la wilaya.

Ce taux représente "un volume trop important par rapport aux estimations qui tablaient sur un taux variant entre 10 et 20%", a-t-elle souligné.

De son coté, le directeur local de l’énergie, Omar Sbaa, a estimé qu’il est indispensable d’agir pour prendre en charge le problème des huiles usagées des stations services et des lavages auto, souvent déversées dans les réseaux d’assainissement, dont le contrôle incombe à la direction de l’environnement.

Le directeur de la pêche a posé, quant à lui, le problème du stockage des huiles usagées des bateaux de pêche, au niveau du port d’Arzew. "En l'absence de possibilités de traitement de ces huiles, celles-ci sont déversées en mer", a-t-il relevé.

La directrice de wilaya chargée de l’environnement, Mme Samira Mazouz, dont la structure est la première concernée par la mise en œuvre de ce plan de gestion - un des premiers à être élaboré sur le plan national -, a considéré qu’il fallait prendre le temps pour analyser le contenu de ce plan pour définir les priorités sur lesquelles il faudrait agir.

La gestion de DS et DSD dans la wilaya d’Oran était confrontée, comme dans le restant des wilayas du pays, à plusieurs obstacles, dont l’absence de données statistiques sur les quantités et la composition de ces déchets, a encore souligné M. Sarmouk, ajoutant que l’étude de gestion donne un tableau clair sur la quantité et la composition des DS et DSD à Oran.

Selon les données apportées, l’étude, dont la réalisation a nécessité plus de huit mois, a touché plus de 200 générateurs de ces déchets dans quatre secteurs, ceux de l’industrie, de la santé, de l’agriculture et de l’énergie.

APS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article