Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Ecologie en Algérie

  •   Sana Harb
  • jeudi 15 juin 2017 10:17

Selon le communiqué du conseil des ministres publié hier, le président Abdelaziz Bouteflika a appelé le gouvernement  " à valoriser davantage toutes les ressources et richesses dont dispose le pays, y compris les hydrocarbures fossiles conventionnels et non conventionnels ainsi que les énergies renouvelables".

 La dernière fois que le chef de l’Etat a parlé de gaz de schiste remonte au 27 janvier 2015 et c’était pour signifier un moratoire implicite de l’exploration et de l’exploitation du gaz.  Le président, à travers un communiqué du conseil des ministres, indiquait que les forages-tests, initiés à In Salah, seront achevés "à très brève échéance".

 Et il avait demandé au gouvernement de lever "les incompréhensions et les inquiétudes" et de confirmer que "l'exploitation proprement dite de cette énergie nouvelle n'est pas encore à l'ordre du jour".

 Il soulignait cependant que si l’exploitation du gaz de schiste devenait une " nécessité pour la sécurité énergétique du pays à moyen et long termes, le gouvernement devra, cependant, veiller avec fermeté au respect de la législation par les opérateurs concernés, pour la protection de la santé de la population et la préservation de l'environnement".

 

 

"Un don de Dieu"

 Le ton était plus conciliant en raison de la contestation civique à In Salah mais le cap de l’exploitation à un moment ou un autre du gaz de schiste n’a jamais été abandonné. Le 24 février 2015, le traditionnel message du chef de l’Etat à l’occasion de l’anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures le soulignait avec force.

 ""Le pétrole, le gaz conventionnel et de schiste, les énergies renouvelables sont des dons de Dieu. Il nous incombe de les fructifier et d'en tirer profit, pour nous et pour les générations futures".

 La référence de Bouteflika aux hydrocarbures non-conventionnels intervient dans un contexte de baisse de réserves gazières alors que l’ambitieux programme du renouvelable censé réduire la consommation interne en gaz est très loin d’avoir démarré.

Or, ainsi que le constatait l’ancien PDG de Sonatrach Abdelmadjid Attar, si le programme du renouvelable n’est pas réalisé d’ici 2030, l’Algérie pourrait ne plus exporter de gaz. Il avait relevé que l’Algérie produisait en moyenne 83 milliards de m3 par an et que la consommation locale était de 40 milliards de m3.

 Faute d’un démarrage sérieux du programme du renouvelable, le recours au gaz aux hydrocarbures non-conventionnels parait être la seule réponse des autorités à cet inquiétant déclin. L’Algérie, selon les informations publiées par Sonatrach, détiendrait les 4ème réserves mondiales de gaz de schiste avec près de 20 000 milliards de m3 en place.

En février 2015, Sonatrach précisait que l'Algérie disposait de 4.940 trillions de pieds cubes (TCF) de réserves de gaz de schiste, dont 740 TCF récupérables sur la base d’un taux de récupération (TR) de 15%. Ces évaluations portaient sur les  prospects d’Ahnet, Timimoun, Mouydir, Illizi et Berkine. Les réserves à l’état liquide (pétrole, condensat ..etc.) de ces 5 bassins s’élèvent à 248 milliards de barils, précisait Sonatrach.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article