Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Recyclage / Valorisation : les différentes monenclatures.

Recyclage / Valorisation : les différentes monenclatures.

 

La valorisation recouvre toutes les actions visant à isoler et à récupérer dans les déchets des matières premières dites "secondaire", ou de l’énergie : on parle de valorisation matière ou de valorisation énergétique.

Préalablement à toute valorisation, une opération de récupération doit permettre de trier le déchet et de le préparer en vue de sa valorisation.

Ce tri à la source des déchets est une nécessité, car les procédés de valorisation autorisent rarement les assemblages de produits. De plus, les mélanges de matières peuvent être à l’origine de réactions dangereuses.

Les opérations de tri et de prétraitement des déchets peuvent être réalisées au sein de l’entreprise avant leur acheminement vers les unités de traitement collectif spécialisées, au sein de l’usine ou de l’entreprise, dans une unité spécifique chargée de regrouper et valoriser certains types de déchets ou encore comme matières premières d’une tierce entreprise.

Elles nécessitent généralement un stockage tampon des déchets dans l’entreprise.

Toutes ces opérations peuvent devoir faire l’objet, pour les déchets dangereux ou polluants, d’une autorisation préfectorale.

2Valorisation matière2

Le traitement biologique consiste à donner une valeur agronomique à un déchet organique.

Le recyclage consiste à réintroduire dans un cycle de production, un déchet en remplacement total ou partiel d’une matière première vierge. Il peut intervenir dans le même processus que le produit d’origine ou dans un cycle différent pour une production similaire (par exemple, papier recyclé, par opposition au papier).

La régénération est un procédé physique ou chimique qui consiste à redonner au déchet son état et la plupart de ses qualités initiales, permettant de l’utiliser en remplacement d’une matière première vierge. Cette technique concerne essentiellement les déchets spéciaux tels que solvants, peintures, acides et huiles. Elle fait appel à des procédés chimiques complexes de distillation, d’extraction, de filtration ou encore d’absorption. Toute la filière est réglementée, la collecte, le transport et les centres de regroupement et unités de régénération sont soumis à autorisation au titre de la législation des Installations classées pour la protection de l’environnement.

Le réemploi est l’utilisation d’un déchet pour un usage analogue à son premier emploi, comme par exemple le réemploi des bouteilles de verre après lavage.

La réutilisation consiste à récupérer un déchet pour un usage différent de son premier emploi. Ainsi des pneus usagés réutilisés en protection de bastingage pour les bateaux.

La consigne est un outil économique permettant le fonctionnement des filières réemploi ou réutilisation. Certains systèmes de consigne sont mis en place.

De nombreuses familles de matériaux peuvent être recyclées ou valorisées dans des conditions économiques acceptables, compte tenu des coûts d’élimination des déchets correspondants.

2Valorisation énergétique2

L’incinération des déchets dans des grosses installations permet de récupérer la chaleur dégagée sous forme de vapeur par le passage des fumées au travers des tubulures d’une chaudière.

La vapeur produite peut :

alimenter un réseau de chauffage urbain ou d’entreprises,

être utilisée dans un process de fabrication, stérilisation, etc

produire de l’électricité par l’intermédiaire des turboalternateurs. Les besoins de chauffage étant par nature saisonniers, une technique de valorisation énergétique produisant à la fois chaleur et électricité s’est développée : la co-génération.

Tous les incinérateurs de déchets, y compris ceux internes à l’entreprise, sont soumis à autorisation préfectorale au titre de la législation des installations classées pour la protection de l’environnement, après enquête publique. Certains déchets industriels (huiles, graisses) peuvent être incinérés avec récupération de chaleur, dans des installations de combustion autorisées et adaptées, sous réserve de démontrer que ces déchets sont assimilables à des combustibles commerciaux.

Pour les déchets des ménages et assimilés, des procédés de pré-traitement avant incinération se développent. Il s’agit de la thermolyse ou pyrolyse permettant d’obtenir un combustible dérivé (charbon) stockable et susceptible d’être valorisé dans des plus petites unités.

Certains déchets industriels spéciaux peuvent être co-incinérés en substitution d’autres sources d’énergie. Il s’agit essentiellement de certains fours de cimenteries équipés de dépoussiéreurs et de traitement des gaz évacués. Ce procédé d’élimination fait l’objet d’autorisations préfectorales limitatives pour l’exploitation du four, les types de déchets et les quantités acceptés.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article