Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

Akbou, ville située à 68 kilomètres de Béjaïa, croule sous les déchets ménagers.

Depuis 40 longs jours, les ordures ne sont plus collectées par les services municipaux. Près de 50 000 habitants souffrent des odeurs insupportables des ordures et risquent de graves maladies.

Les habitants craignent le déclenchement d’épidémies si cette situation d’insalubrité venait à perdurer. Cette très riche commune -elle compte plusieurs fleurons industriels- n’a plus où déposer ces ordures depuis la fermeture de sa décharge sauvage. Cette dernière est située à Biziou, à quelque 4 kilomètres du centre-ville d’Akbou. Depuis 40 jours, elle est fermée par les habitants de Biziou de cette petite agglomération.

Ces derniers avaient déjà fermé, il y a plus d’une année, cette décharge pour exhorter les autorités à trouver une alternative plus civilisée et surtout moins dangereuse pour eux. Pour dénoncer cette situation dangereuse pour la santé publique, une marche des habitants a été organisée, dimanche 27 août, à l’appel d’une coordination intercommunale de citoyens issus de plusieurs communes de cette Daïra dont Akbou, Ighrem et Ichelathen.

Cette coordination des quartiers et villages d’Akbou réclame notamment « la réouverture immédiate de la décharge de Biziou, et à terme, l’installation d’une déchèterie autrement dit une unité de recyclage des déchets ». Le président de l’Assemblée communale d’Akbou, Abderrahmane Bensebaa, en poste depuis près de 20 ans, avait promis à plusieurs reprises de trouver une solution.

Mais depuis, aucune solution n’a été trouvée. Résultat : le problème est toujours posé et la ville se retrouve à nouveau dans l’insalubrité et le risque d’une catastrophe sanitaire.

À Akbou, beaucoup de citoyens sont pessimistes : pour eux, l’État s’est depuis longtemps désengagé et a déserté cette région située au cœur de la Kabylie. Pour preuve, ils s’interrogent sur le fait que non seulement les autorités n’ont proposé aucune solution, mais pire encore, ils bloquent, depuis plus d’une année, un projet de Cevital qui veut créer, une unité écologique de traitement des déchets qui réglera définitivement le problème des ordures générés par les 52 communes de la wilaya de Béjaïa.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article