Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web écologie en Algérie

 

La Dépêche de Kabylie

La localité de Chorfa, située à 50 km de Bouira, est connue pour sa vocation agropastorale. Elle est parcourue d'Est en Ouest par une vaste plaine verdoyante appelée localement Arafou. Cette étendue surface arable est plantée essentiellement d'oliviers, dont le verger s'étale sur des centaines d’hectares. De loin, la plaine d'Arafou paraît comme une "jungle" verdoyante le long de l'année.

Avec son tissu végétal luxuriant composé d'arbres fruitiers à prédominance d'oliviers, cette région de la commune produit des légumes et fruits de très bonne qualité. Que ce soit les maraîchages, les fruits ou l'huile d'olive, les terres d'Arafou ont toujours été "généreuses" et rendaient la pareille aux paysans qui les travaillent avec amour et abnégation.

Toutefois, en dépit de tout ce constat "positif", il y a lieu de soulever cet épineux problème de la baisse du niveau des eaux souterraines dans cette contrée. Un phénomène qui serait du, vraisemblablement, à la sécheresse qui sévit depuis des mois.

Selon des propriétaires de fermes, le niveau des eaux des puits dans la plaine d'Arafou a sensiblement baissé ces dernières semaines, allant jusqu'à provoquer une sérieuse inquiétude auprès des paysans, qui, comme il est connu, comptent beaucoup sur la disponibilité de l'eau pour leurs différentes activités agricoles.

«Le niveau de l'eau de mon puits a énormément baissé ces dernières semaines à cause de la sécheresse. Je crois qu'il a chuté de 2 ou 3 mètres, si ce n'est un peu plus. Cela va se répercuter négativement sur mon activité agricole. D'autant plus que j'ai besoin de beaucoup d'eau pour irriguer des surfaces de poivrons et de tomates qui sont très demandés en été».

Comme notre vis-à-vis, ils sont plusieurs paysans et fermiers à s'alarmer de cette baisse du niveau de la nappe phréatique, à cause de la sécheresse et de l'absence des pluies à même de faire remonter le niveau de cette ressource hydrique, dont le niveau reste désespérément bas. Par ailleurs, les paysans de la commune de Chorfa regrettent l'arrêt des travaux de raccordement simultanément aux eaux des barrages de Tichy Haf et Tilesdit pour l'irrigation des surfaces agricoles entre autres.

De grosses conduites d'eau en béton armé sont toujours en attente d'être utilisées pour le raccordement de cette région agropastorale par excellence aux eaux des barrages précités.

Y. S.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article