Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Ecologie en Algérie

18 juillet 2017

Cafés, pâtes alimentaires, margarine, eau de fleur d’oranger, miel, sucre vanillé, tabacs, détergents, produits cosmétiques, shampoings et parfums sont quelques-uns des produits concernés par la contrefaçon locale. Dans un séminaire sur la question, tenu récemment, la DGSN a tiré la sonnette d’alarme quant à la prolifération de ce type de produits de grande consommation et leurs effets dévastateurs sur la santé publique.

Les analyses d’échantillons des produits mis en cause indiquent une présence importante de germes pathogènes ainsi que des taux élevés de métaux lourds et parfois même, de substances toxiques et cancérigènes, affirment les représentants de la DGSN. Ainsi, en 2016, les services de la Direction générale de sûreté nationale ont transmis à la justice 73 dossiers concernant la propriété industrielle avec la présentation de 92 contrefacteurs, contre 65 dossiers en 2015.

La contrefaçon touche également les appareils électriques et de chauffage. La directrice du Centre de recherche et de développement de l’électricité et du gaz (CREDEG), Wassila Salih, a, pour sa part, fait part de différents cas de contrefaçon constatés dans son secteur. « Notre rôle est de vérifier la conformité du matériel utilisé dans les réseaux de distribution de gaz et d’électricité. Nous avons constaté beaucoup de cas de contrefaçon dans ce domaine », a-t-elle indiqué.

Pour illustrer le propos, le CREDEG a exposé, lors de ce séminaire, deux produits contrefaits : un coffret pour compteur individuel avec une boite en plastique pour le « protéger » et des connecteurs. « Ce sont des produits pouvant provoquer des dysfonctionnements sur le réseau », a expliqué Mme Salih.

La représentante du ministère de l’Industrie et des mines, Fatma Zohra Haderdache, a préconisé, dans son intervention, le développement d’organismes de lutte contre la contrefaçon et ce, par le renforcement de leur potentiel humain et la modernisation de leurs moyens de travail ainsi que le durcissement des peines relatives à ce délit.

Elle a aussi proposé de renforcer la formation en spécialisant les magistrats et les organes de contrôle. Elle a fait savoir, à ce propos, que le ministère de l’Industrie a élaboré récemment deux arrêtés dont l’un porte sur le logo et les caractéristiques matérialisant le marquage obligatoire de conformité, alors que l’autre fixe les différents niveaux et procédures d’évaluation de la conformité.

L.R.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article