Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web écologie en Algérie

Le Temps

A défaut d'une agriculture moderne qui se base sur des techniques récentes d'irrigation, la céréaliculture reste tributaire des procédés traditionnels qui, à leur tour, dépendent des précipitations de moins en moins abondantes.

 

Dans un pré-bilan de la campagne céréalière 2016-2017, le ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, reconnaît que de faibles rendements qui sont «la conséquence du sévère stress hydrique enregistré cette campagne (période cruciale pour le grossissement du grain)».


Ceci dit, le communiqué du ministère signale que la récolte des céréales a légèrement augmenté durant la campagne 2016-2017 pour atteindre 34.807.119 quintaux (qx) contre 34.321.237 qx lors de la saison précédente.


Selon les chiffres de ce pré-bilan, la superficie moissonnée au titre de cette campagne est estimée à 2.353.253 hectares, soit 91% de la superficie déclarée à moissonner qui est de 2.578.672 hectares contre 2.206.055 hectares récoltés lors de la campagne précédente. 50% des superficies récoltés sont constituées du blé dur, soit 1.173.733 hectares et 32% des superficies récoltées sont constituées des orges soit 762.331 hectares. 


En termes de production, le pré-bilan de la campagne céréalière 2016-2017 est arrêté à 34.807.119 quintaux toutes espèces confondues, contre 34.321.237 quintaux obtenus lors de la campagne précédente avec un rendement moyen de 15 q/hectare contre 16 q/hectare en 2015-2016. 57% des productions obtenues sont constituées du blé dur, soit 20.036.620 quintaux et 28% des productions obtenues sont constituées des orges, soit 9.688.400 quintaux. 


S'agissant de la collecte, le pré-bilan affiche un volume de collecté par les Coopératives de céréales et de légumes secs (CCLS) de 16.181.643 quintaux contre 14.824.963 quintaux collectés lors de la campagne précédente. 84% du volume global collecté est constitué du blé dur, soit 13.658.199 quintaux. 


Les besoins de l'Algérie en céréales sont estimés à environ 10 millions de tonnes par an. La production locale n'en fournit que la moitié, voire le tiers de la demande. Au mois d'août dernier, soit à la clôture de la saison moissons-battages, le ministre de l'Agriculture de l'époque, Abdeslam Chelgham, avait indiqué que la production céréalière du pays avait baissé à 3,3 millions de tonnes en 2015/2016 contre 4 millions de tonnes l'année précédente. 


Une production record de 6,12 millions de tonnes avait été enregistrée en 2009. 
Cependant, la courbe de production est en dents de scie, car à défaut d'utiliser des techniques d'irrigation, la culture céréalière reste tributaire des précipitations.

H. M.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article