Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Ecologie et Environnement

Publication: Mis à jour: 

Il n’y a pas pour le moment d’avancées technologiques majeures pour rendre le gaz de schiste respectueux de l’environnement.

Pr.Chitour

Publication: Mis à jour: 

L'avenir économique de l'Algérie passe par le développement des énergies renouvelables. Le Pr Chams Eddine Chitour n'y va pas par quatre chemins pour remettre en cause le choix pris par le gouvernement de recourir à la production des hydrocarbures non conventionnelles.

Invité de la rédaction de la radio ce matin sur Alger chaîne 3, le Pr. Chitour n'a pas manqué de marquer son désaccord avec le chemin emprunté par le gouvernement de Ahmed Ouyahia. "C’est un mauvais signal que de dire maintenant aux citoyens qu’on va revenir aux hydrocarbures, après avoir expliqué depuis des années qu’il faut des investissements hors-hydrocarbures", soutient le Pr. Chitour avant d'expliquer qu'à force de ne parler que du développement et de l’exploitation des énergies fossiles, "on a étouffé toute velléité de développement des autres possibilités de production de l’énergie".

Pour l'invité de la matinale de la radio chaine 3, il est absolument indispensable de conditionner l'exploitation du schiste par le développement des autres énergies renouvelables. "Si on veut aller vers son exploitation, cela doit se faire dans un cadre d’une stratégie globale, qui intègre le développement de l’exploitation des énergies renouvelables", soutient-il. 
Il estime que l’exploitation du gaz de schiste doit être réfléchie et rationnelle et l’inscrire dans le cadre d’un modèle et d’un bouquet énergétiques qui met l’accent sur le développement des énergies renouvelables propres.

Reconnaissant le potentiel de l’Algérie en gaz de schiste estimé à 20 000 milliards de m3, par le département américain de l’énergie, les 3e au monde après celles de la Chine et de l’Argentine, le Pr Chitour insiste sur la nécessité de rationaliser ce recours. "Il n’y a pas pour le moment d’avancées technologiques majeures pour rendre le gaz de schiste respectueux de l’environnement".

Il citera, dans ce sillage, l’exemple de l’Etat de l’Oklahoma aux USA qui enregistrait 3 tremblements de terre par année, mais après s’être engagé dans l’exploitation du gaz de schiste, il enregistre 3 tremblements de terre par jour. "La fracturation hydraulique (technique d’exploitation du gaz de schiste, ndlr) fragilise le sol, sans parler des produits chimiques et des quantités phénoménales d’eau douce qu’il faut utiliser", a t-il argumenté.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article