Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

ALGER - L'Algérie, qui célèbre samedi le 47ème anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, s'attèle à réussir sa transition énergétique par un développement accru des énergies fossiles et la promotion des énergies renouvelables pour diversifier ses sources énergétiques.

Dans cette perspective, une réflexion est engagée pour la révision de la loi sur les hydrocarbures, en tenant compte des mutations que connait le marché énergétique mondial, aux fins de capter davantage les investissements étrangers et les détenteurs des nouvelles technologies dans ce secteur.

Outre les réserves prouvées récupérables, il s'agit de mettre au jour le potentiel probable des ressources d'hydrocarbures restant à découvrir et d'accroître le taux de récupération des gisements en exploitation.

C'est dans ce sens que la compagnie pétrolière et gazière Sonatrach s'active actuellement à l'élaboration d'un plan de développement couvrant une réorganisation de l'ensemble de ses activités en amont, en aval (pétrochimie notamment) et dans le transport des hydrocarbures.

Une enveloppe financière estimée à environ 56 milliards de dollars sera consacrée à la mise en œuvre de ce plan étalé sur la période 2020/2030.

En parallèle, il est constaté une accélération de signature d'accords depuis ces derniers mois, dont ceux de règlement de différends, entre Sonatrach et des compagnies pétrolières mondiales tels les groupes Total (France), Eni (Italie), Saipem (filiale d'ENI), Repsol (Espagne), Cepsa (Espagne), Pertamina (Indonésie), DEA Deutsche Erdoel AG (Allemagne) et Transneft (Russie), tandis que des discussions sont engagées avec des majors américains dont Exxon Mobil.

 

La stratégie tend également à augmenter les exportations algériennes de gaz naturel, notamment vers l’Asie, afin de sécuriser la part de marché du pays face à la concurrence.

Il sera question aussi d'exploiter de nouveaux champs gaziers pour augmenter les capacités productives de la compagnie nationale qui avait exporté l'année passée quelque 54 milliards de m3 de gaz naturel vers l’Europe, et table de dépasser le cap des 57 milliards de m3 en 2018.

D'autre part, la nouvelle stratégie de Sonatrach consiste à diversifier les sources d’énergie en allant vers des activités nouvelles dans l’offshore et le gaz de schiste.

Par ailleurs, il s'agit de renforcer l'activité de ce groupe à l'international, sachant qu'il est déjà présent dans un certain nombre de pays comme la Libye, le Niger et le Pérou.

L'Algérie œuvre également à développer davantage son industrie pétrochimique dont des projets de raffineries avec la réhabilitation de celle de Sidi R'cine (Alger) et la réalisation prévue de celles de Hassi Messaoud et de Tiaret.

 

Renouvelables: une priorité pour diversifier le mix énergétique

 

Placé par le gouvernement au rang de priorité nationale pour, à la fois, préserver les ressources fossiles, prolonger durablement l`indépendance énergétique du pays et diversifier les sources de l`électricité, le Programme national de développement des énergies renouvelables prévoit une production d`ici à 2030 de 22.000 mégawatts d`électricité de sources renouvelables, destinée au marché intérieur, en plus de 10.000 mégawatts (MW) supplémentaires à exporter.

 

Le déploiement à plus grande échelle du photovoltaïque et de l`éolien sera accompagné, à moyen terme, de la production d`énergie à partir du solaire thermique, ainsi que l`intégration de la cogénération, de la biomasse et de la géothermie.

Ainsi, l`énergie de sources renouvelables devrait représenter 27% de la production globale d`électricité en 2030 et le double de la capacité actuelle du parc national de production d`électricité.

Cet objectif permettra de réduire plus de 9% de la consommation d`énergie fossile à l`horizon 2030, d`économiser 240 milliards m3 de gaz naturel, soit 63 milliards de dollars sur 20 ans.

Jusqu`à présent, le secteur a réalisé 400 MW à partir d`énergies renouvelables à travers la centrale électrique hybride de Hassi R`mel (100 MW) et la centrale solaire pilote de Ghardaïa (1,1 MW), auxquels s`ajoutent 22 stations électriques solaires d`une capacité de 343 MW à travers 14 wilayas, dont 270 MW qui sont déjà en service.

 

En outre, un appel d`offre national et international devra être lancé en 2018 pour la production de 4.000 MW d`électricité à partir de sources renouvelables avec un cahier des charges obligeant les investisseurs nationaux et étrangers de produire et d`assurer le montage local des équipements industriels de production et de distribution des énergies renouvelables, notamment les panneaux photovoltaïques.

 

Lire aussi: Laghouat: de grandes avancées pour relever les défis énergétiques

Lire aussi: Ould Kaddour: la stratégie de Sonatrach à l’horizon 2030 "en phase de maturation"

Lire aussi: La révision de loi sur les hydrocarbures entamée

Lire aussi: La stratégie énergétique nationale capable de réduire la dépendance aux hydrocarbures

 

 

 
Dernière modification le : samedi, 24 février 2018 14:18
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article