Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web écologie en Algérie

logo

Tafsut, la fête d’accueil du printemps,  constitue  de nos jours l’un des ultimes repères identitaires existentiels pour les amazighs du monde entier qu’ils soient en Afrique du nord, en Europe, en Amérique et ailleurs en Asie. C’est l’un des derniers  que les multiples  colonisations  qui se sont  succédées sur l’Afrique du Nord  durant  plus de deux mille ans n’ont pas gommé de la mémoire collective. Le retour du printemps mettant fin aux rigueurs de l’hiver, est une halte symbolique, un vecteur essentiel de sauvegarde et de transmission de notre patrimoine culturel immatériel, tout comme le sont d’autres durées comme Yennayer, Timechret,  Tiwizi…

 

De nombreuses  mutations  affectent  ce jalon essentiel dans son essence et ses formes d’expression. Ces changements  dus à l’origine  aux affrontements  culturels des Amazighs  avec  les multiples  civilisations qui ont colonisé  l’Afrique du Nord, ont été accélérés essentiellement par l’avènement du capitalisme colonial français. Ils prennent de nos jours l’allure d’un processus de momification progressif.

À travers la célébration de Tafsut, la population algérienne amazighe dans son ensemble, réagit pour protéger ce qui lui reste de repères identitaires sans doute des plus solides avec Yennayer! Pour entreprendre notre renaissance culturelle, nous devons réapprendre à revisiter et découvrir les trésors de notre patrimoine immatériel fait de traditions et d’expressions orales, d’événements festifs, de langages, de pratiques sociales rituelles, de connaissances de la nature et de l’univers, de savoir-faire liés à l’artisanat, de qualifications artistiques, d’art culinaire de médecine traditionnelle, de toponymie, d’aspects vestimentaires, de croyances aux forces de la nature et des pratiques de sa protection, et tout caractère civilisationnel  qui durant des siècles s’est transmis par legs générationnels.

L’un des secrets de la résistance de cette fête de l’accueil du printemps à l’usure du temps est d’avoir été porté par l’économie solidaire, celle du pain quotidien ! La gastronomie a été un vecteur essentiel de la transmission des rites et des mythes qui les environnent. La menace d’extinction plane encore aujourd’hui sur  ce vecteur de transmission de l’Amazighité. Observer le rituel et en parler constitue des gestes de sauvegarde et de transmission.

« Seksu s uderyis » Le couscous à la Thapsia 

Le couscous à la Thapsia ,une plante bulbeuse endemique des collines du Djurdjura  est le plat rituel de l’accueil du printemps « Amaggar n Tefsut ». La sortie de l’hiver rigoureux et la renaissance de la nature, est célébrée par de nombreux gestes dont la cuisine particulière n’est pas des moindres. Suivant les régions  de nombreux plats sont préparés avec soin à l’occasion.

Les plus répandus sont :

Au Petit déjeuner:

– Les crêpes au miel au petit déjeuner

– Les beignets au sucre fin

– Les galettes au beurre frais.

Au déjeuner

– Achebbwad : Crêpes bouillies au lait

– Ouftiyen : Fèves et grains de blé bouillis bien salés

Au Goûter ( Tanalt )

– En début d’après midi, un gouter rituel ( Tizzemit , ou Adhemin) est organisé autour d’un petit plat exotique, de la poudre de caroube mélangée à l’huile d’olive nouvelle

Au souper:

– Seksu s Uderyis, Couscous à la Thapsia

Préparation de « Seksu s uderyis » (Couscous à la Thapsia)

La fête d’accueil du printemps porte dans de villages le nom du plat spécifique de l’événement «  Aderyis »

Seksu s uderyis est un  plat particulier, préparé et consommé une fois dans l’année, au diner du premier jour du printemps. Considéré comme prophylactique, ce mets est préparé par des spécialistes. La plante Thapsia étant toxique, sa préparation nécessite des précautions spéciales.

Ingrédients :

–  2 à 3   racines d’Aderyis (thapsia),

–  Sept plantes vertes forestières symboles de printemps (feuilles d’olivier, feuilles de lentisque, tiges de romarin, feuilles d’oranger ou de citronnier, feuilles d’oseille, tiges de scolyme,  cardes sauvages…)

–  Du couscous selon le nombre de personnes

– Pommes de terre, Carottes, Oignons et Fenouils

– Pois chiches

– Des œufs selon le nombre de personnes

– Sel, poivre et paprika

– Huile d’olive

Cuisson

– Faire bouillir les racines de thapsia (Aderyis) épluchées, plusieurs autres plantes vertes du printemps et les œufs en nombre suffisant.

– Cuire les légumes épluchés et coupés en dés à l’étuvée sur une marmite d’eau.

– Dans un grand plat, mettre le couscous sec et l’arroser d’eau. Laisser reposer un peu pour l’absorption. Séparer les grains en mélangeant entre les mains.

– Mettre le couscous dans le haut du couscoussier. Poser sur la marmite à couscous contenant de l’eau en ébullition. Laisser cuire à la vapeur.

– Démouler dans le plat, saler et arroser d’eau. Aérer et laisser reposer pour absorption totale de l’eau. Retirer du feu et verser dans le plat.

– Dans un grand couscoussier, Placer les pois chiches en premier puis les légumes  cuits avec un peu de poivre et paprika.

– Les recouvrir de couscous et faire plusieurs passages à la vapeur de Thapsia en humidifiant et en aérant le couscous. Les vapeurs de Thapsia et d’autres légumes feuilles donneront au couscous une saveur et un parfum subtils

Consommation:

– Le couscous est servi arrosé d’huile d’olive accom-pagné d’œufs durs cuits avec le Thapsia

– Servi habituellement en fin d’après midi, le couscous sans sauce mélangé aux légumes cuits à la vapeur se consomme sans liquides. (  Ces dernières années , le Yaourt a fait son apparition comme ingrédient d’accompagnement)

Imensi ibaɛch ou le diner des fourmis

Dans l’imaginaire amazigh ancien, dans la cosmogonie qui nous est parvenue des premiers temps de la civilisation amazighe, la fourmi était considérée comme la conseillère agricole de « Yemma-s n ddunit » la première mère du monde  la génitrice mythologique des Amazighs   . Par respect à ce rôle primordial de la fourmi, les familles lui consacrent un diner  « Imensi I Baɛac » composé d’un plat de couscous  ou de plusieurs crêpes, des  morceaux de galette, et des fèves grillées, soit des mêmes aliments consommées par les humains pour la circonstance

Un poème  est récité lors de l’accomplissement du rite  de protection des fourmis si utiles à la terre ! Chaque région a son poème.

Dans les villages d’At Douala

Atan imensi-nwen, ay ibaɛc

ṭṭixret nnaɣ ddut ɣaf nnɛac.

Voici votre souper, fourmis

Partez en paix et veillaient sur les civières

 

Dans les villages de la Soummam

 Tafsut, n sellaḥ

Ttasaɛdit  d rrbaḥ

Ad ǧuǧgen lenwar

Tamurt att zhar

Ibaɛac, ur d-teffɣen

izerman ur sexlaɛen

 

Que notre printemps,

Plaise aux saints

Qu’il soit heureux et prospère.

Que les fleurs se multiplient

Et que la terre soit souriante.

Que les fourmis ne sortent pas

Que les serpents ne nous effaient pas

Dans les Villages d’At Yahia

Ay abaɛuc agellid n yirsan

Imensi inek deg gwudu idumman,

Hadr a ttesxesreḍ i tuzyint ṭṭɛam.

 

O Insecte, roi des détritus,

Ton souper est dans le tas de fumier

Prends garde de dégrader le couscous de la belle !

 

 Dans les villages de l’Akfadou

 A yaw, a y ibaɛc,

Tebbɛat-iyi ad tteččem

 

Venez, insectes

et vous aurez à manger

Les soins par la Thapsia  garganica 

Aderyis est une plante méditerranéenne vivace de la famille des Apiacées. Elle est dite  Bounfaa en arabe dialectal. Endémique en Algérie, elle présente une tige striée, glabre, ramifiée dans sa partie supérieure, atteignant de 0,90 à 1,40 m de hauteur. Les feuilles sont vertes, glabres. Les feuilles de la base de la tige sont grandes, les supérieures sont réduites à une gaine large. La racine est volumineuse, noirâtre extérieurement, blanche intérieurement.

Aderyis est une plante  fortement toxique. La préparation du couscous relève d’un savoir faire ancestral, seule la vapeur des racines de cette plante devra passer dans les grains de couscous. Ne jamais consommer la plante ,feuilles tiges et racines sous quelque forme que ce soit .

Durant tout le printemps , les guerisseurs utilisent la Thapsia  pour soigner l’asthme et les maladies respiratoires . Ils font bouillir la plante en milieu fermé et font des inhalations répétées  en plusieurs séances par jour. Ils font egalement prendre des bains dans l’eau où a été bouillie la plante médicinale . Cette sorte de vaccination est répétée  tous les 20 jours durant tout le printemps. C’était la médecine traditionnelle des aïeux qui ne connaissaient pas les antibiotiques  modernes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article