Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web écologie en Algérie

    Par EL BEY M.

                                                                                                               le 26-04-2018 12:00

Le barrage Ladrat, situé dans la commune de Sidi Naâmane, 50 km à l’est du chef-lieu de wilaya, est de plus en plus envahi par les eaux usées se déversant des rejets provenant de la ville d’El-Omaria, importante agglomération de plus de 30 000 habitants située en amont.

L’implantation, il y a quelque temps, d’une unité d’abattage avicole a rendu plus complexe encore le problème de pollution de l’ouvrage qui reçoit les eaux rejetées par cette unité, donnant une couleur rougeâtre à la surface du plan d’eau. 

D’une capacité de stockage de 10 millions de m3, le barrage mis en service il y a 3 décennies, a été réalisé dans le but de permettre l’irrigation d’un périmètre agricole d’une superficie de 480 ha.


C’est alors qu’il est devenu urgent pour que des solutions au problème des rejets des eaux usées de la ville d’El-Omaria dans l’oued situé en amont soient trouvées ou du moins que soit interdit le déversement des eaux de l’abattoir dans les chaabate ainsi que le lavage des véhicules.

Il faut savoir que l’ouvrage est considéré comme une zone humide, ayant pour but de favoriser la richesse  de la faune et la flore locale avec l’arrivée pendant l’hiver de certaines espèces d’oiseaux migrateurs qui viennent nicher et a permis la prolifération de nombreux prédateurs.


La pollution des eaux du barrage vont certainement porter atteinte aux espèces qui le peuplent sachant que celui-ci a connu plusieurs opérations de lâchers d’alevins de carpes menées dans le cadre de l’encouragement de l’aquaculture continentale et de la pêche de loisir.  

L’utilité de l’ouvrage est à souligner pour avoir accueilli de nombreuses manifestations sportives de traversée organisées par les clubs de natation ainsi l’organisation de sessions de formation aux techniques de secours et gestes de sauvetage au profit des plongeurs de la Protection civile.


Ainsi, il reste aux responsables locaux et aux directions techniques et de l’environnement de prendre les mesures appropriées pour mettre fin au problème de pollution que le barrage connaît étant aussi exposé au risque
d’envasement. 


M. EL BEY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article