Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web écologie en Algérie

Environnement: installation du jury du Prix national de la ville verte

"La première édition de ce prix a pour objectif d'encourager la concurrence entre les différentes villes algériennes à travers l'ancrage de la culture environnementale chez les citoyens, et la promotion de la dimension esthétique et de loisirs au sein des villes appelées à élargir les superficies des espaces verts", a souligné la ministre en marge de cette installation.

"La définition des modalités d'organisation et d'attribution du Prix national de la ville verte répond au exécutif n  09-101 du 10 mars 2009 et à la décision du 7 juillet 2013 fixant l'organisation du Prix national de la ville verte, les modalités de candidatures et les critères techniques d'attribution de ce prix", a précisé la ministre.

Dans le même contexte, Mme Zerouati a fait savoir que "le concours du prix national de la ville verte repose sur plusieurs critères dont la qualité de l'esthétique des plantes et l'aménagement de façon générale outre l'utilisation de plantes adaptées aux spécificités de chaque région et l'application des techniques de plantation écologique".

Concernant les critères d'attribution du prix du président de la République de la ville verte, la ministre a évoqué "l'importance de prise en compte de la diversité des espace verts et leur entretien, le nombre et l'aspect esthétique des espace verts classés et la mis en place d'un plan de gestion de ces espaces".

Concernant les critères d'octroi du Prix national de la ville verte, la ministre a précisé que "cette instance est chargée d'élaborer le contenu du formulaire d'inscription qui sera attribués aux candidats (les représentants des villes concernées) et d'arrêter les pièces devant constituer le dossier de candidature pour s'assurer de sa conformité avec les conditions et critères définis".

La Commission, présidée par un représentant de la ministre de l'environnement, comprend 15 membres représentants 9 ministères, à savoir l'Intérieur, les finances, l'Habitat, les fôrets, les Travaux publics, la Culture, la Communication et la recherche scientifique, outre des représentants de la société civile désignés pour une durée de trois ans.

Dans le but de garantir le bon déroulement des missions du jury du Prix national de la ville verte, Mme. Zerouati a donné à ses membres plusieurs orientations dans lesquelles elle a mis l'accent sur la nécessité de compulser l'ensemble des textes juridiques et réglementaires relatifs aux espaces verts, élaborer un règlement intérieur définissant les modalités de fonctionnement du jury outre la préparation d'une feuille de route ou un cahier de charges définissant les modalités et étapes d'attribution du prix et les modalités de coordination avec les directions de l'environnement.

Les orientations de la ministre ont également porté sur l'importance de proposer des mécanismes pour vérifier le dossiers de candidature et s'assurer du respect des candidats des conditions et normes exigées, mettre en place un calendrier pour les réunions du jury, déterminer la date de retrait du formulaire de candidature auprès des directions de l'environnement, outre l'élaboration de messages et des spots de sensibilisation et la participations aux émissions (radio et télévision) afin d'encourager l'esprit de compétitivité entre les différentes villes.

Mme. Zerouati a mis l'accent, en outre, sur la nécessité de mettre sur pied un programme spécial comportant des visites de terrain aux différentes villes candidates avec la possibilité de recourir à des experts environnementaux pour garantir une évaluation "objective".

Elle a également relevé l'importance d'utiliser le courriel ouvert à cet effet dans le but d'assurer la communication entre les membres du jury et les directions de l'environnement des différentes wilaya, faisant état, par ailleurs, de commissions de wilaya qui travailleront de concert avec le jury du prix.

Pour rappel, le secteur de l'environnement a procédé récemment à l'installation de la Commission interministérielle en charge de la classification et de l'inventaire des espaces verts.

Cette installation intervient en application de la loi relative à la gestion, à la protection et au développement des espaces verts, promulguée sur instruction du président de la République dans le but de mettre en place une "politique véritable" pour la création d'un réseau d'espaces verts au niveau des milieux urbains.

Rappelant que la superficie d'espace vert pour chaque habitant s'est améliorée en Algérie, passant de 1 m² en 2014 à 4,5 m² fin 2017, la ministre a mis en avant la nécessité d'intensifier les efforts au niveau local pour atteindre les objectifs de développement durable.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article