Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web écologie en Algérie

la nouvelle république

Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a mis l'accent sur la nécessité d'œuvrer pour élaborer un dossier permettant de classer le Jardin d'Essai d'El-Hamma comme «site naturel universel» afin de le soumettre à l'Unesco conformément aux conditions et aux normes internationales.

 

«Ce jardin qui est considéré comme l'un des plus importants au monde comprenant de rares espèces végétales doit être classé comme site naturel et culturel universel», a indiqué M. Mihoubi à l'occasion de la conférence internationale sur le Jardin d'Essai d'El-Hamma, faisant état de la création d'un groupe d'experts ainsi qu'un groupe relevant du ministère de la Culture pour élaborer un dossier de classement du jardin selon les normes et les conditions internationales exigées afin de le soumettre à l'Unesco.

L'objectif de cette conférence, à laquelle assistent des spécialistes italiens, français, britanniques et espagnols, est de permettre aux étrangers dont les membres du réseau international des parcs mondiaux de connaître de plus près les richesses de ce jardin à l'instar des rares espèces végétales et des statues antiques qui méritent d'être classés comme monument naturel et culturel universel. M. Mihoubi a rappelé que ce jardin formait un lieu de tournage de plusieurs films à l'image du film «Tarzan» en 1932, d'autant plus qu'il était source d'inspiration de plusieurs artistes et sculpteurs qui ont mis leur touche artistique à travers des statues reflétant l'environnement algérien, indiquant que ce jardin antique a une histoire culturelle, scientifique et environnementale par excellence.

Il a indiqué, dans un contexte lié, que cette conférence permettra aussi de «mettre en place une plate-forme» afin d'élaborer un dossier et de le soumettre à l'Unesco pour le classer comme «site culturel universel».

De son côté, la ministre de l'Environnement et des Energies Renouvelables, Fatma-Zahra Zerouati a mis en avant l'importance du Jardin d'Essai d'El-Hamma sur l'aspect scientifique et culturel, soulignant que cette rencontre «permettra d'échanger les expertises et les expériences avec les pays étrangers qui disposent de jardins botaniques mondiaux». Etant donné que le Jardin d'El-Hamma contient plusieurs espèces végétales rares, Mme Zerouati a mis l'accent sur l'importance d'assurer une sensibilisation afin de préserver ces espèces et «de mettre en place une banque environnemental où toutes les espèces végétales rares en Algérie seront recensées».

«L'investissement dans la diversification biologique est le seul garant d'une sécurité alimentaire et d'un développement durable notamment avec le phénomène des changements climatiques», a-t-elle affirmé. Après avoir considéré que le Jardin d'El-Hamma est «un monument exceptionnel pour le pays» qui a préservé son héritage végétal depuis sa création en 1832, le wali d'Alger Abdelkader Zoukh a indiqué que l'objectif essentiel de cette conférence est de permettre aux spécialistes internationaux de connaître de plus près les richesses de ce jardin. Il a rappelé que le président de la République accorde un intérêt «particulier» à la réhabilitation des richesses environnementales du Jardin, soulignant que le jardin a accueilli en 2017 plus d' 1,3 million de visiteurs.

«Le deuxième objectif de cette conférence est l'échange d'expériences et d'expertise et la création de domaines de coopération entre l'Algérie et les pays participants à cette conférence», a-t-il poursuivi. Pour sa part, la présidente du Conseil scientifique du Jardin d'El Hamma, Nassima Yahi a fait état de l'organisation de plusieurs ateliers, à l'occasion de cette conférence, avec la participation d'experts de la Grande-Bretagne, Espagne, Italie et France.

En outre des travaux d'inventaire des espèces botaniques du jardin seront entrepris au niveau du jardin qui connait depuis deux jours des visites élargies et précises effectuées par ces experts. Elle a affirmé que les experts étrangers ayant visité le jardin ont exprimé leur étonnement quant au non classement de ce dernier comme patrimoine mondial depuis longtemps car répondant aux conditions et critères internationaux en la matière.

Lors de cette conférence, l'expérience des jardins mondiaux (jardins de Kew au centre de Londres) a été présentée par l'expert Timouti Pierece et le jardin secret à Kigali en Sardaigne (Italie) présenté par l'expert Jienne Louiji Bkhita. Le directeur du jardin d'Essai, Abdelkrim Boulahia avait présenté un exposé détaillé sur les activités du jardin ainsi que sa couverture végétale, ses animaux et ses établissements.

Il a souligné l'intérêt de cette conférence internationale sur le jardin d'Essai qui «va permettre de jeter la lumière sur le grand potentiel et les richesses botaniques du Jardin lui permettant d'être élevé au rang des jardins du monde». «Une convention va être signée, à cette occasion, entre le jardin d'El-Hamma et le parc zoologique de Jerez (Espagne) en vue d'échanger les compétences et des espèces d'animaux menacées d'extinction (issus, en particulier, d'Afrique et d'Algérie)», a affirmé le membre du Conseil scientifique du Jardin Fellous Djerdini Amina.

Plus de 150 participants, dont des membres de la conservation internationale des jardins botaniques (BGCI) et de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), ont pris part à cette conférence internationale sur le jardin d'El-Hamma d'Alger. Ont pris part à cette conférence le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, le ministre de l'Agriculture du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazgui, le ministre de la Communication, Djamel Kaouane et la ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables, Fatma Zohra Zerouati.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article