Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

 

L’intégration progressive de l’énergie solaire est une option inévitable compte tenu des coûts de plus en plus élevés des énergies classiques et de leurs retombées sur l’environnement.

Lors de la journée d’étude sur les énergies renouvelables, tenue mercredi, à la Maison de l’environnement de Mila, le wali a appelé les collectivités locales à s’orienter vers cette option pour l’alimentation des établissements étatiques relevant de leur responsabilité.

Mettant en avant les coûts des énergies classiques (électrique et fossile), le wali a plaidé pour l’idée de mettre les écoles, les mosquées et les structures de santé au photovoltaïque. Il a d’ailleurs annoncé que des groupes scolaires seront alimentés à l’énergie solaire dès la prochaine rentrée scolaire (2018-2019). Il s’agit, précisera-t-il, d’un groupe scolaire dans la commune d’Oued Seguen et un autre à celle de Grarem Gouga. Le wali soulignera, toutefois, que les établissements concernés seront branchés au réseau électrique pour faire face à d’éventuelles défaillances du système fonctionnant au solaire.

Le représentant des services de l’hydraulique a, pour sa part, défendu l’idée d’introduire l’énergie solaire dans l’exploitation des forages hydrauliques et des stations d’épuration, très nombreux dans la région, pour agir sur les factures de consommation d’électricité et de fuel. «Nous exploitons plus de 700 forages hydrauliques à travers la wilaya et un réseau de 6 grandes stations d’épuration. Imaginons quels seraient les intérêts pécuniaires et écologiques si toutes ces structures tournaient au photovoltaïque», notera-t-il. Par ailleurs, les applications des panneaux solaires dans le monde de l’agriculture ont été mises en évidence par le directeur de la Chambre de l’agriculture, qui a plaidé pour l’usage de cette énergie dans l’irrigation, l’élevage avicole et le froid, en insistant sur l’impératif de préparer le fellah à cette option à travers des campagnes de sensibilisation.

 

«Il n’est pas facile de faire adhérer les agriculteurs à cette idée de changement, d’où la nécessité de les sensibiliser au préalable», explique-t-il. Signalons qu’en raison de sa position géographique, l’Algérie dispose d’énormes potentialités dans ce domaine. A ce propos, un spécialiste en énergies renouvelables, Mahdi Kharfi, participant aux travaux de cette journée, assure : «L’Algérie jouit en moyenne de 10 heures d’ensoleillement par jour, ce qui fait de l’option du photovoltaïque un choix particulièrement rentable.» 

 
K. Bouabdellah
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article