Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Ce 5 juin coïncide avec la journée mondiale de l’environnement, l’occasion de revenir sur un sujet si mal défendu en Algérie, et pris en charge avec sérieux sous d’autres cieux.  

Quand il s’agit de la protection de l’environnement les actions sont quasiment toujours les mêmes : ne pas jeter des ordures dehors et nettoyer les quartiers et les plages. Les organisations, telle Ness El Khir, excellent dans ce genre d’activités. Évidemment ce sont des actions louables et à encourager. D’ailleurs un nouveau projet Ecodzair impliquant une dizaine d’associations algéroises vient d’être lancé et beaucoup d’espoirs sont mis pour qu’il puisse…nettoyer les places.

Mais au-delà des slogans creux et des discours démagogiques, il y a tout un monde autour de l’environnement. L’écologie est, pour ceux qui ne le savent pas ou qui l’auraient oublié, un enjeu politique capital. Il faut le préciser et le répéter. Elle dépasse de très loin les préoccupations des ménagères et des associations de quartiers. L’écologie permet surtout des réflexions sur la société de consommation, devenue pour certain une norme intangible. Remettre en cause ce mode de vie qui envahi la planète est d’une urgence saillante. Tout le monde est touché, tout le monde est impliqué.

L’eau est l’une des facettes de l’écologie et assurer son approvisionnement est fondamental . En Algérie, ce défi est loin d’être gagné.Certes au niveau de la capitale la plupart des quartiers sont épargnés par le manque d’eau. Mais Alger ce n’est pas l’Algérie. Il suffit de voir ce qu’on vécu les habitants de Annaba l’année dernière pour avoir une idée sur l’énormité des dysfonctionnements.

La sécurité hydraulique est une nécessité pour tout État et la négliger c’est créer des foyers de tension.

Il s’agit avant tout d’élaborer une gouvernance de l’eau, impliquant tous les secteurs sans oublier de responsabiliser la société civile (qui doit émerger de sa torpeur). L’Algérie n’est pas une ile isolée du monde et son avenir, comme l’a été son passé, et comme l’est son présent, dépend au plus haut point par ce qui se passe ailleurs. Et la réalité du « terrain » est là, les guerres de l’eau menacent le monde entier. Les tensions liées à l’approvisionnement de cette ressource s’aggravent de plus en plus.

Pour l'eau est une ressource capable de provoquer des conflits sanglants entre des pays qui se disputent avec leurs voisins le droit d'en avoir l'accès.

L’occasion de revenir sur un moyen d’ouvrir les yeux sur les menaces et les enjeux via un…livre. Pas n’importe lequel. Un ouvrage considéré comme une des plus grandes références des romans écologiques, Dune de l’américain Frank Herbert (1920-1986).

Placé dans la catégorie « science fiction », ce livre est avant tout un avertissement, annonciateur des prochaines catastrophes, « en marche » vers l’extinction de l’espèce humaine. Dans Dune, les lecteurs y retrouvent un véritable modèle écologique, établi dans un environnement desséché, avec des personnages atypiques. L’histoire, pleine d’intrigues, est d’autant intéressante que les algériens pourront se sentir « concernés » à plus d’un point. Dune, la planète évoquée, a un sous-sol riche et les autochtones ont pour nom les... Fremens, les hommes libres. Et c’est juste une des nombreuses « clés » écrites par Frank Herbert dans ce roman…

C’est que l’écologie n’est pas le seul thème abordé dans ce roman. Il y a également la politique, la religion (avec beaucoup de mystique) et bien d'autres aspects en relation avec l'actualité. Dune est un roman d'anticipation, à lire...à comprendre.

Salim KOUDIL

@SalimKoudi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article