Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

Il s'agit de réaménager 40 hectares sur un ancien camp militaire qui abritait des munitions. Plusieurs dizaines de bâtiments très proches de Lyon, Genève ou Grenoble, idéalement situés selon le porteur de projet - la communauté de communes de la Plaine de l'Ain - pour y construire une technopôle sur le transport et les villes du futur.

Un chantier laboratoire

Mais avant tout, c'est une friche qu'il faut dépolluer. Un certain nombre de bâtiments vont être réutilisés, la plupart contenant de l'amiante. Sur ce chantier laboratoire, un robot très perfectionné a été utilisé. Il peut scanner son environnement et traiter de façon autonome de grandes surfaces amiantées. Concernant les déchets de chantier comme les gravats, le bois, la ferraille, ils sont triés à la source en vue d'une valorisation. Le béton est broyé sur place pour être réutilisé pour construire de nouveaux ouvrages, ce qui revient à moins de déchets et moins de déplacements de camions...

Des instruments de mesure permettent de suivre les pollutions occasionnées par le chantier, comme les poussières ou le bruit. Un drone survole le terrain régulièrement pour suivre l'évolution des travaux et scanner les parcelles, ce qui peut par exemple permettre de repérer des espèces invasives comme la Renouée du Japon. La base de vie des employés sur le chantier est autonome en électricité grâce à des panneaux solaires couplés à des batteries... autant d'innovations qui ont permis à ce chantier de bénéficier de deux millions d'euros de subventions du Feder (Fonds européen de développement régional) qui soutient des projets de requalification de friches industrielles appliquant une méthodologie innovante. Ici ce chantier innovant implique un surcoût de 10% par rapport à une déconstruction classique. Ce surcoût pourra baisser après optimisation des nouveaux process et outils.

Le projet est appuyé par la région Auvergne-Rhône-Alpes via la création d'IDfriche qui rassemble quatre réseaux professionnels, Axelera, Indura, Cerf, Envirhônalp autour d'un objectif : dynamiser la transformation des friches. Il faut dire que la région est très concernée puisqu'elle compte sur son territoire 18% des friches industrielles de France et 1.662 sites et sols pollués. Quant aux terres agricoles, entre 2006 et 2012, 103 km2 avaient disparu, l'enjeu de la reconquête des friches est donc de taille !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article