Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

L’Algérienne des eaux (ADE) ambitionne à réduire le taux de fuites sur son réseau d’eau de 30% à 18% d’ici 2030, a annoncé lundi son directeur général, Smain Amirouche.
"Le taux de pertes actuellement est de l’ordre de 30%. Toutes les opérations qui sont en cours, projetées ou financées, tendent à ce que d’ici 2030 nous ramèneront le taux de fuites à un taux acceptable qui se situe entre 18 à 20%", a indiqué M. Amirouche qui s’exprimait sur les ondes de la Radio algérienne.
Pour ce faire, l’ADE a demandé un financement annuel de 5 à 10 milliards de dinars, selon le directeur général soulignant que la rénovation du réseau constitue une "priorité" pour l’ADE.
Ce programme de rénovation permettra principalement de mieux préserver les ressources en eau dans un pays qui recourt aux opérations de dessalement d’eau de mer, très couteuse, pour satisfaire la totalité de ses besoins, a-t-il avancé.
Outre les fuites d’eau, le raccordement illicite au réseau entraine des pertes de 15% du volume global produit, note par ailleurs le premier responsable de l’ADE.
Concernant la saison estivale prochaine, M. Amirouche a rassuré quant à une alimentation "confortable" en eau potable dans la plupart des wilayas du pays.
Il rappelé, dans ce cadre, qu’un programme a été mis en place en novembre dernier pour éviter les perturbations enregistrées durant l’été 2017.
Ce programme qui comprend notamment la mise en service de nouveaux raccordements, transferts d’eau et forages, permettra une alimentation quotidienne sur des plages d’horaire entre 16 et 18 heures/jour.
Ces efforts ont été également soutenus par une forte pluviométrie enregistrée cette saison avec un taux de remplissage des barrages qui a atteint ce mois de mai près de 70%, selon le directeur général.
Evoquant le problème des créances de l’ADE, M. Amirouche a précisé que sur les 46 milliards de dinars non payés par les clients de l’entreprise, 16 milliards sont des créances "très anciennes" et par conséquent "irrécupérables".
Les créances de l’ADE auprès des institutions publiques représentent 8 milliards de dinars qui sont en cours de règlement suite à la correspondance du ministère de l’intérieur adressée aux walis pour accélérer le paiement de ces créances.
Le reste des créances sont celles des ménages et industriels et sont "en train d’être récupérées au fur et à mesure", ajoute-t-il.
Toutefois, le montant des créances est resté quasiment stable depuis deux années, constate M. Amirouche soulignant que les factures fraîches sont récupérées régulièrement à 95%.

APS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rafik Aitmehdi 02/06/2018 16:07

Veuillez m'expliquer le rôle de l'ADE par rapport à celui de la seal par exemple à Alger?
Merci

Karim Tedjani 02/06/2018 16:33

Bonjour, je pense que c'est expliqué dans l'interview, je vous invite à regarder la vidéo. Bon visionnage et merci pour votre visite et commentaire...