Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

Par R.Achour

                                                                                                               le 05-09-2018 12:00

Alors que la population de la région montagneuse et fortement boisée de Maâtkas  a passé plutôt un été paisible, comparativement à l’année écoulée où les dégâts  causés par les feux de forêt ont été énormes, le retour de la grosse canicule fait craindre le pire pour les citoyens mais aussi pour les autorités locales d’autant plus que deux incendies ont été enregistrés avant-hier lundi dans la daïra. Le premier départ de feu est survenu au village d’Aït-Izid, dans la commune de Souk El-Tenine, mitoyenne à la commune de Béni-Zmenzer, relevant de la daÏra de Béni-Douala.


Les flammes qui ont pris origine en contrebas du village ont jailli en un court laps de temps et ont progressé très rapidement tant du côté sud-ouest vers Souk El-Tennine  que de l’autre versant-est donnant sur la commune de Béni-Zmenzer. Les maisons reculées du village d’Aït-Izid  ont failli même être touchées puisque le feu est parvenu à quelques mètres des premières habitations.

Fort heureusement, l’intervention rapide des équipes d’intervention de la Protection civile et des agents de la Conservation des forêts ainsi que la mobilisation des citoyens et des moyens humains et matériels de l’APC, auxquels se sont joints ceux des communes de Maâtkas et de Béni-Zmenzer, ont pu maîtriser complètement  l’incendie. Et si les citoyens et les habitations ont été miraculeusement épargnés, l’on a malheureusement recensé une dizaine d’hectares de végétation ravagés par les flammes et un grand nombre d’arbres fruitiers entre oliviers, figuiers, cerisiers.

L’autre incendie a eu lieu dans la commune voisine de Maâtkas, plus précisément au village d’Aït Ifrek.


Le feu qui a pris naissance dans un champ mitoyen au village était de moindre ampleur  et a été vite circonscrit par les villageois qui ont été aussitôt épaulés par les agents des services de l’APC. Il est à rappeler que le mois de septembre est la période la plus propice pour les incendies de forêt en raison de la sécheresse qui sévit dans les régions rurales et montagneuses, ce qui explique que les unités de la Protection civile et celles de la Conservation des forêts sont actuellement  en situation d’alerte maximale.


R. Achour   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article