Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

Le réseau de sciences participatives Sentinelles de la mer Occitanie, coordonné par le CPIE Bassin de Thau depuis 2015, propose chaque mois de découvrir un membre du réseau et de présenter son programme de sciences participatives.

L’objectif est de contribuer à la préservation des milieux et de la ressource en aidant les scientifiques et les gestionnaires d’espaces naturels à en apprendre plus sur certaines espèces et à assurer une veille.

Les observations de tous les citoyens sont utiles à l’amélioration des connaissances et la préservation des milieux !

La découverte du monde sous-marin rime souvent avec mieux connaître, partager et témoigner de ses plongées. Cette démarche devient de plus en plus utile à la science et à la gestion. Aujourd’hui, les plongeurs sont nombreux à s’investir dans la science participative.

De nombreux sites en Occitanie

En Occitanie, des Saintes-Maries à Cerbère, les beaux sites de plongée sont nombreux et les plongeurs souhaitent témoigner de la vie qu’ils y rencontrent. Avec BioObs, développé par la Commission Nationale Environnement et Biologie subaquatique de la (FFESSM), le plongeur est accompagné dans l’évolution de sa pratique vers une meilleure connaissance du milieu dans lequel il évolue.

Les bénéfices à utiliser BioObs sont nombreux comme par exemple :

- Tenir à jour son carnet de plongée et de découvertes (date, lieu, observations, photos).

- Préparer sa plongée en prenant connaissance du site et des espèces présentes déjà observées.

- Participer à l’inventaire national du patrimoine naturel (Muséum National d’Histoire Naturelle).

- Approfondir ses connaissances avec les fiches espèces du site DORIS (Données d’Observations pour la Reconnaissance et l’Identification de la faune et la flore Subaquatiques).

200 000 observations transmises ! Avec BioObs, le plongeur fait part de ses observations récoltées lors de balades en plongée (avec support photo), en prenant soin de vérifier la ou les espèces observées à l’aide de fiches espèces (BioObs et DORIS).

Après vérification et validation par la FFESSM, les observations sont transmises à l’INPN pour contribuer à l’inventaire de notre patrimoine. Et ça marche ! BioObs est le deuxième contributeur national à l’inventaire du patrimoine, toutes espèces confondues. 1 680 sites ont été explorés et pas moins de 3 100 participants ont permis d’atteindre la barre des 200 000 observations transmises à ce jour.

Et ce n’est pas prêt de s’arrêter. Grâce à la FFESSM, des stages de perfectionnement sur l’outil BioObs sont organisés régulièrement afin d’en découvrir toutes les subtilités. Retour de certaines espèces Tout ce travail permet d’asseoir le rôle des sentinelles de la mer et de bénéficier de relais sous l’eau pour suivre l’évolution de notre vie sous-marine. Les observations enregistrées ont permis d’affirmer le retour ou l’apparition d’espèces sur certains sites. C’est notamment le cas du mérou brun qui fait son retour à Palavas et au Cap d’Agde, ainsi que l’apparition du corb commun au cap d’Agde.

Ce dernier bénéficie depuis cinq ans d’un moratoire pour la pêche et chasse sous-marine, et les premiers effets sont visibles. Mais 5 ans de protection c’est encore trop court pour pérenniser sa présence et sa reproduction. ► Contact BioObs Occitanie : Jean-Pierre Castillo.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article