Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

 

tsa-logo

Par  Farah Lekehal

Une étude de l’Université de Harvard a démontré que la concentration en CO2 réduit la qualité nutritionnelle des aliments consommés, impactant la santé des populations, rapporte, ce dimanche 7 octobre, Francetvinfo.

L’Algérie, se retrouve en tête des pays menacés par les carences nutritionnelles dues à la pollution. « A l’Instar de l’Inde, (…) trois autres (pays) doivent s’inquiéter tout autant du phénomène : l’Algérie, la Guinée et Djibouti. » explique Matthew Smith, co-auteur de l’étude « Impact des émissions anthropiques de CO2 sur la nutrition », cité par la même source.

L’Algérie particulièrement exposée En cause, des cultures sensibles au taux de CO2 dans l’air et une pollution atmosphérique en nette augmentation. En effet, rien que pour l’année 2018, l’Algérie a enregistré une variation de 3,20% de taux d’émission de CO2 que l’on peut consulter sur le site Perspective Monde de l’Université de Sherbrooke. En plus de l’activité humaine, c’est sa position géographique et un climat semi-aride qui la rend d’autant plus vulnérable aux émissions de CO2.

C’est pourquoi l’Algérie se retrouve en rouge sur la carte des pays à risques car « fortement tributaire des aliments qui perdent en nutriments quand la concentration de CO2 augmente dans l’air (…) Les Algériens tirent leurs nutriments d’un mélange de blé et d’orge : environ la moitié de leur zinc et de leur fer en provient », précise Matthew Smith.

Risques de carences en fer, zinc et protéines dans le monde liées à l’augmentation des émissions de CO2 © «Impact des émissions anthropiques de CO2 sur la nutrition (Impact of anthropogenic CO2 emissions on global human nutrition)»

Mises en garde sur les conséquences sanitaires Dans la suite de l’entretien, Matthew Smith explique les risques sanitaires encourus : « La déficience en zinc affecte le système immunitaire et l’une des conséquences quand on manque de fer, c’est l’anémie ou la réduction des capacités cognitives. Cela peut être à l’origine de complications pendant l’accouchement, aussi bien pour les futures mamans que les bébés. La déficience en protéines génère, quant à elle, des problèmes de croissance. Les déficiences existantes vont effectivement s’aggraver. ». Avant de conclure à une prise de conscience de la nécessité de réduire au plus vite les émissions de CO2 et d’opter pour des cultures moins sensibles à la pollution atmosphérique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article