Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

                                                                                                     pAR /SLIM SADKI 23 OCTOBRE 2018 

Le 11 octobre, vers 10h45, l’équipe emmenée dans le massif forestier des Beni Afer (Taher, Jijel) par le professeur Bellatrèche Mohamed, de l’Ecole nationale des sciences agronomiques d’El Harrach (ENSA), a fait une heureuse et formidable découverte. L’équipe a en effet pu observer plusieurs individus de la Sittelle kabyle, l’oiseau emblématique de l’Algérie, dans un nouveau site.

Ce petit oiseau, endémique à cette région du pays et qui n’existe nulle part ailleurs dans le monde, n’était connu auparavant que dans 4 sites de la Petite Kabylie des Babors. Sita ledandi, son nom scientifique, avait été découvert jusque-là dans le massif forestier du djebel Babor (Sétif) en 1975, puis dans les forêts du Gerrouch à Jijel (1989), ensuite à un mois d’intervalle dans les forêts de Tamentout et Djima entre Sétif et Jijel (1990).

La Sitelle kabyle doit son nom scientifique à Jean-Paul Ledant, alors enseignant à l’ENSA, qui l’a observée la toute première fois en 1975, un peu par hasard, dans la sapinière au sommet du djebel Babor. Une découverte qui va stimuler l’ornithologie en Algérie.
Jeudi dernier, lors d’une prospection ornithologique que le Pr Mohamed Bellatrèche et son fidèle assistant Mohamed Lellouchi, accompagnés des forestiers de Taher et Oudjana, ont pu observer et constater formellement la présence de la Sitelle dans le massif de Beni Afer. Une grande forêt de chênes-lièges, de chênes afarès et de chênes zéens, à cheval sur les communes de Oudjana et de Chahna (Taher, Jijel). Un peu plus à l’est, donc des sites où elle avait été observée.

La découverte est importante

L’espèce, considérée comme un bon indicateur écologique, donc de la santé des milieux qu’elle fréquente, a longtemps été considérée comme inféodée au Sapin de Numidie du djebel Babor, lui-même endémique. «Les découvertes suivantes ont permis, elles, de nouveaux travaux de recherche consacrés à la Sittelle et de recueillir ainsi de nouvelles données sur sa bio-écologie et sa biogéographie dans les années 1990. Cependant, les prospections réalisées depuis n’ont pas permis de retrouver l’oiseau, mais il faut compter aussi avec les conditions sécuritaires de l’époque qui rendaient ces lieux inaccessibles aux chercheurs», a déclaré le professeur Bellatrèche à El Watan. Cela signifie aussi que «les prospections ornithologiques en Algérie sont loin d’être terminées, ajoute M. Bellatrèche, et qu’il faut relancer le débat sur l’écologie et les recherches ornithologiques».

Autre indication majeure de cette découverte, l’aire de la Sittelle kabyle est donc très fragmentée avec 5 sites très éloignés et séparés les uns des autres par des espaces complètement anthropisés. Ce qui fait d’elle une espèce très menacée, puisque même son habitat est fragilisé par la surexploitation des ressources, la fréquentation des hommes et des bêtes et les incendies.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article