Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

Intervenant à l'occasion du séminaire national sur les changements climatiques intitulé "impacts et moyens de lutte", Mme Zerrouati a estimé que ce plan national constitue une redynamisation du secteur de l'environnement et des énergies renouvelables à travers un plan d'action qui prendra en charge "le droit du citoyen à un environnement sain et traduira aussi les engagements internationaux de l'Algérie notamment en terme d'objectif de développement durable".

Le PNC comporte 156 actions réparties en trois (3) parties: Des mesures d'adaptation aux changements climatiques (CC), des mesures d'atténuations des CC et une partie dédiée à la gouvernance du PNC.

Fruit d'une concertation du ministère avec 18 secteurs, le PNC comporte, parmi ses actions d'adaptation aux changements climatiques, la gestion des risques autour du littoral, la gestion des risques inondation, la protection de la ressource hydrique, la lutte contre les feux de forêt, l'adaptation à la sécheresse agricole, la surveillance de l'impact des CC sur la santé, la lutte contre la désertification et l'adaptation des plans locaux aux changements climatiques notamment dans la gestion des risques.

Les actions d'atténuation des effets du changement climatique concernent pour leur part les secteurs de l'industrie, les déchets, l'énergie, les forêts, le transport, les collectivités locales, l'habitat et le tourisme.

"Le plan national climat n’est que la première pierre angulaire du chantier qui nous attend", a estimé la ministre.


Lire aussi : Une application mobile pour impliquer les citoyens dans la protection de l’environnement


Par ailleurs, Mme Zerouati a rappelé la nécessité de l'appui des bailleurs de fonds internationaux pour multiplier les actions de lutte contre le changement climatique et ses effets notamment à travers le transfert de technologie.

"Avec nos moyens mais en drainant aussi des financements extérieurs dans le cadre de la finance climatique, nous pourrons atteindre 22% de réduction des émissions à effet de serre", a-t-elle assuré.

D'autre part, dans le cadre du PNC, une étude sur la vulnérabilité du littoral algérois a été réalisée avec l'appui du programme européen d'appui à la politique sectorielle de l'environnement en Algérie (PAPSE).

Cette étude concernera l'ensemble du littoral national et doit répondre à la nécessité, pour l'Algérie, de disposer de l'ensemble des données pour intervenir en cas d'aléa climatique au niveau de son littoral.

Présent à l'événement, le chef de la délégation de l'Union européenne en Algérie, John O'roorke, a indiqué que "cette étude fait un zoom sur un territoire densément peuplé et fortement urbanisé".


Lire aussi : Le capital humain, un rôle clé dans la politique nationale de l'environnement


"Elle montre que la menace climatique sur ce territoire est réel et fournit des outils scientifiques d'analyse et de prise de décision qui permettront de préparer le plan d'adaptation et les ripostes nécessaires", a-t-il souligné.

Selon ses auteurs, l'étude met à disposition une base de données "très riche" et un système d'information géographique qui pourra être utilisé par d'autres secteurs et pour d'autres objectifs outre la prévention des risques de catastrophes.

Pour sa part, le directeur général de l'environnement au ministère de l'Environnement et des Energies renouvelables, Nouar Laïb, a fait savoir que l’Algérie fait partie des régions du mondes qui subissent le plus les conséquences des changements climatiques.

"Pour y faire face, le pays se prépare activement pour lutter contre ces effets, notamment grâce à la collaboration efficace de l’UE et celle de la GIZ (l’Agence allemande de coopération internationale)", a-t-il affirmé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article