Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

Le retour de la saison des pluies dans la région steppique de la wilaya a favorisé l’apparition ces dernières semaines d’une nouvelle espèce de moustique de couleur légèrement brunâtre et de la grosseur de son congénère habituel vivant dans nos contrées.


La prolifération de ce type de moustique est devenue dès la tombée de la nuit la hantise des habitants de cette région des Hauts-Plateaux qui se voient obligés d’utiliser tous les moyens répulsifs pour le faire fuir, dont principalement la fumée. En effet, les habitants des communes de Chahbounia, Boughezoul et même au-delà dans les communes limitrophes de la daïra de Aïn Ouessara (wilaya de Djelfa) allument chaque jour à la tombée de la nuit des pneus et des branchages pour se défendre contre l’invasion des moustiques.


Selon les déclarations des citoyens de la région, l’apparition du phénomène est favorisée par les importantes précipitations automnales enregistrées dans la région steppique, où le moustique a trouvé les conditions d’humidité et de chaleur pour se multiplier ainsi qu’une forte régénération de la végétation. Les crues de l’oued Touil venant de la wilaya de Tiaret et traversant Médéa et Djelfa, la formation de nombreuses mares d’eau stagnante sont citées comme les principales causes de la prolifération de l’insecte. Les piqûres de cet insecte, tout comme son congénère habituel vivant dans la zone steppique, provoquent des démangeaisons sur les parties piquées de la peau, empêchant le sommeil de la victime.


Les nuées de ce type de moustique qui envahissent chaque soir ces zones sont, selon des explications données par certains citoyens, “la conséquence de l’absence de traitement des oueds pendant le printemps, car la région connaît toujours des épisodes de prolifération du moustique, notamment le moustique responsable de la leishmaniose communément appelée clou de Biskra qui a fait plus de 150 cas”.


La principale aire géographique de la leishmaniose s’étendant de la commune de Chahbounia aux communes Bouaiche et Ouled Maaref (100 km au sud du chef-lieu) où les conditions favorables à la propagation de la maladie sont particulièrement présentes, favorisées par la proximité des étables et des terres de parcours.


M. EL BEY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article