Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

 

«Le plan de reboisement national porte sur la plantation de plus de 1.245.000 hectares d’arbres forestiers à l’horizon 2020», a indiqué, hier, le directeur général des Forêts, M. Ali Mahmoudi.


Le DGF, qui s’exprimait à l’issue d’une rencontre nationale portant sur «la rose et les agrumes», organisée à El Menéa (située à 275 km au sud de Ghardaïa), a précisé que sur ces 1.245.000 hectares d’arbres prévus, pas moins de 820.000 hectares ont déjà été réalisés. Aussi et tout en mettant l’accent sur le fait que  l’Algérie est résolument engagée à préserver, promouvoir et valoriser son riche patrimoine forestier pour devenir un «levier» du développement durable, M. Mahmoudi a souligné que «l’engagement de notre pays entend préserver et développer ses ressources naturelles forestières pour atteindre une superficie de 5 millions d’hectares afin de lutter contre la désertification et passer à l’économie verte par la valorisation du patrimoine forestier».

Poursuivant ses propos, il signale que notre pays accorde un «grand intérêt» au développement et à la valorisation des écosystèmes forestiers, notamment dans le cadre du plan national de reboisement lancé depuis 2000, notant dans ce contexte que «l’Algérie recèle un patrimoine forestier estimé à 4.100.000 ha de formation forestière dont 1.700.000 ha de forêts».

Evoquant ensuite les actions prioritaires pour ce secteur, il fera remarquer qu’il est question surtout de la valorisation des produits forestiers et des filières de production et du développement de l’investissement, avant de lancer un appel à l’adresse des investisseurs en vue de contribuer au développement intégré des zones forestières et ce, tout en tenant compte de la préservation des richesses de la forêt et de la satisfaction des besoins de la population locale.


Il faut savoir également que l’Algérie a mis au point des outils de gestion durable de ses ressources naturelles forestières pour contribuer au développement, «à travers l’ouverture à l’économie forestière par la création de forêts récréatives et l’exploitation de quelques espèces avec la participation des investisseurs privés».


Citant la variété inestimable que comprend la foresterie algérienne, le DGF s’attardera sur la filière de l’arganier qui est principalement situé au Sud-ouest du pays, dans les wilayas de Tindouf, Naâma et El Bayadh, des régions qui comptent plus de 5.257 sujets.


«Cet arbuste, qui a un impact positif sur l’économie, à travers l’huile extraite des noyaux des fruits de l’arganier, connaît une demande et une renommée mondiales, en raison de ses vertus et bienfaits sur la santé», soutient le DGF qui insiste sur l’impérieuse nécessité et «l’urgence», a-t-il dit, de la réhabilitation et du reboisement des espaces de l’arganier au niveau des wilayas du Sud-ouest ainsi que l’encouragement des pépinières de l’arganier. Il affirme d’autre part que le potentiel naturel de l’Algérie peut être un vecteur déterminant de création d’emplois dans plusieurs domaines tels que le tourisme, le cosmétique, la pharmacopée.


Pour rappel, les travaux de la rencontre nationale sur la rose et les agrumes ont débuté mercredi dernier et ont regroupé des professionnels du secteur de l’agriculture, des universitaires et plusieurs investisseurs potentiels.


La manifestation a porté essentiellement sur la question de valorisation du patrimoine floristique, notamment les plantes aromatiques et médicinales (PAM) et agrumicoles et ce, aux fins d’assurer «un développement durable de la région d’El Menéa».
 Soraya Guemmouri

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article