Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

La commune d'Aomar, ville située à 25 km à l'ouest de la wilaya de Bouira, a été submergée par les eaux dans la soirée d'avant-hier, à la suite des fortes précipitations qui se sont abattues sur la région. En effet, les principaux quartiers de cette municipalité ont été inondés et plusieurs dizaines de foyers ont connu d'importantes infiltrations d'eau.

Ainsi et selon les services de la Protection civile locale, pas moins de 70 interventions ont été enregistrées entre 17h et 19h30 au plus fort des averses. La RN5, qui traverse cette commune a été bloquée à la circulation pendant toute la soirée d'avant-hier, et il a fallu l'intervention des services de la Direction des travaux publics et ceux de l'APC pour la rouvrir vers 22h.

Mais comment expliquer donc tous ces dégâts occasionnés par ces précipitations ? La réponse, selon bon nombre de citoyens interrogés, résiderait dans la vétusté des canalisations d'évacuation des eaux de pluie et autres réseaux d'assainissement, qui seraient dans un état de détérioration. “Il est tout à fait normal que nous soyons inondés. Les bouches d'égouts sont complètement obstruées et les installations d'évacuation des eaux usées remontent à Mathusalem !”, disent certains citoyens, fulminant de colère.

D'autres pointent du doigt les services communaux, responsables, selon eux, de ce qu’ils estiment être un désastre. Slimane, commerçant de son état et habitant du quartier des 100-Logements, nous a déclaré : “Cette situation est de la faute des services de la voirie de l'APC ! S'ils avaient fait leur travail, nous n’en serions pas là !”, avant d'ajouter : “Pour sortir de chez moi, il m’a fallu mettre des bottes ! On se croirait en plein marécage.” Il est vrai qu'au niveau de ce quartier et bien d'autres, les bottes étaient de rigueur.

Pourtant, au mois de septembre dernier, les autorités locales avaient entamé une vaste opération de réhabilitation des canaux d'assainissement et autres réseaux d'évacuation à travers bon nombre de quartiers de la ville d'Aomar. Par ailleurs, des inondations de moindre ampleur ont affecté plusieurs municipalités de la wilaya, sans toutefois occasionner de dégâts, a-t-on appris auprès de la Protection civile.

RAMDANE BOURAHLA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article