Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

La gestion des lacs de barrages dans le Maghreb en débat

par A.Mallem

  La gestion durable des lacs de barrages au Maghreb sera au centre des débats des trois journées scientifiques, les 6, 7 et 8 novembre en cours, du réseau « eau et climat au Maghreb » qui ont été ouvertes hier à la faculté des sciences de la terre, de la géographie et de l'aménagement du territoire de l'université 1 des Frères Mentouri de Constantine. 

Organisées par le laboratoire des sciences du territoire, ressources naturelles et environnement (LASTERNE) et la faculté indiquée, ces journées sont consacrées à l'étude de la problèmatique eau, aménagement et environnement, ont expliqué, hier, les organisateurs, entre autres, M.Azzedin Mebarki, professeur à l'université Mentouri et directeur du laboratoire LASTERNE et en même temps responsable du projet Phc Maghreb de partenariat France-Maghreb, impliquant bien entendu des universités de France (Rouen), d'Algérie (Constantine 1 des Frères Mentouri), de Tunisie (Sousse) et du Maroc (Fès). 

«Nous organisons cette rencontre pour faire le point des travaux des 6 laboratoires des pays impliqués qui tournent autour du problème de la gestion durable des lacs de barrages dans le Maghreb», nous a déclaré le professeur Mebarki. «Nous avons choisi, a-t-il poursuivi, le site du barrage de Béni-Haroun avec tout son bassin versant, voir la question et la débattre au cours de ces trois journées d'étude scientifique. Il y a d'abord la question de la protection et la préservation de la ressource hydrique ». Selon notre interlocuteur, il y a deux risques majeurs auxquels s'exposent les lacs : l'envasement, c'est-à-dire la sédimentation rapide, ce qui réduit le volume utile du barrage. C'est un fléau qui est lié à l'érosion. 

Le deuxième risque c'est la pollution. Et d'expliquer que le barrage Béni-Haroun est le plus grand d'Algérie et on doit le protéger contre les affluents polluants. Dans cette optique, il y a une grande station d'épuration à Ibn Ziad, mais elle ne suffit pas il faut la renforcer. Il y a d'autres stations qui sont en projet à El-Khroub et à la nouvelle ville Ali Mendjeli pour renforcer la protection du lac du barrage. Et de poursuivre en citant Oued Endja qui vient de la région de Mila. Cet affluent doit être protégé lui aussi parce qu'il verse dans le bassin du barrage Béni-Haroun. 

«Il y a tout un schéma fait par un bureau suisse sur les affluents de Oued Endja. Et c'est pour cela qu'il y a maintenant une station à Sidi Merouane, près du barrage, et il y a d'autres stations qui vont voir le jour. Et ce sont ces deux questions majeures que nous allons examiner dans ces trois journées », a conclu ce scientifique. 

Les participants à ces journées sont nombreux: institutionnels comme l'agence du bassin hydrographique constantinois Seybouse-Mellègue, l'Agence nationale des barrages et transferts (ANBT), mais aussi scientifique tels des chercheurs et universitaires de plusieurs universités de la région, des Tunisiens, des Marocains et une Française venue de l'université de Rouen en Normandie. 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article