Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

PUBLIÉ LE MIS À JOUR LE 11/10/2017 À 10H19

PARIS (Reuters) - BNP Paribas a annoncé mercredi 11 octobre de nouvelles mesures en faveur de la transition énergétique incluant notamment l'arrêt du financement des projets centrés sur le gaz et le pétrole de schiste.

BNP Paribas va arrêter de financer les acteurs centrés sur le gaz et le pétrole de schiste
BNP Paribas a annoncé de nouvelles mesures en faveur de la transition énergétique incluant notamment l'arrêt du financement des projets centrés sur le gaz et le pétrole de schiste.
© Pioneer Natural Resources

La première banque française a pris l'engagement d'adapter ses activités de financement pour contribuer à l'objectif affiché par l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) visant à contenir le réchauffement climatique en dessous de deux degrés d'ici la fin du siècle. "Pour atteindre cet objectif, le monde doit réduire sa dépendance aux énergies fossiles, à commencer par celles qui, comme le gaz et le pétrole de schiste et le pétrole issu des sables bitumineux, sont des sources d'énergie dont l'extraction et la production sont très émetteurs de gaz à effet de serre et ont un impact négatif sur l'environnement", explique BNP Paribas dans un communiqué.

La banque, qui s'est fixé un objectif de 15 milliards d'euros de financement des énergies renouvelables à horizon 2020, prévoit de cesser ses relations avec les acteurs centrés sur l’exploration, la production, la distribution, le marketing ou le trading de gaz de pétrole de schiste et de pétrole issu des sables bitumineux.

BNP Paribas déjà désengagé des mines et centrales à charbon

L'établissement cessera également de financer les terminaux de gaz naturel liquéfié (GNL) ou pipelines transportant majoritairement ces sources d'énergie. Et BNP Paribas annonce par ailleurs s'engager à ne pas financer de projet d'exploration ou de production de gaz et de pétrole en Arctique.

Dans le cadre des mesures prises par la banque en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique, la banque a déjà annoncé son retrait du financement des mines et des centrales à charbon et l'arrêt de son soutien aux acteurs du secteur n'ayant pas engagé une stratégie de diversification de leurs sources de production.

Elle prévoit par ailleurs d'investir 100 millions d'euros dans les start-up spécialisées dans la transition énergétique.

Pour Reuters, Gwénaëlle Barzic, édité par Benjamin Mallet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article