Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

La situation s'est sensiblement améliorée dans le secteur de l'hydraulique qui accusait un déficit crucial au barrage de Bouhamdane qui contribue à l'alimentation en eau potable de 6 communes, dont celle de Guelma, et à l'irrigation des terres agricoles.

D'une capacité théorique de 185 millions de m3, cet ouvrage qui dispose d'une station de traitement des eaux ne contenait en avril 2017 que 11 millions de m3, soit moins de 6% de ses capacités. Pour des raisons évidentes, la quote-part dévolue à l'irrigation du périmètre irrigué a été suspendue au grand dam des centaines de producteurs de tomate industrielle qui durent se contenter d'un lâcher de 20 millions de m3 à partir du barrage de Aïn Dalia (Souk Ahras) sur directives du ministère de l'Hydraulique.

À cette époque, les responsables de ce secteur ne disposaient que d'une autonomie de 4 mois quant à l'alimentation en eau potable, et d'aucuns espéraient la bénédiction divine pour sauver la situation devenue critique. Au fil des mois, le niveau du barrage a connu progressivement une augmentation, puisqu'en septembre 2018, il disposait d'environ 42 millions de m3.

Cette saison hivernale s'est avérée bénéfique, car en l'espace de trois mois, et à la faveur des fortes précipitations et des chutes de neige, le barrage cumule à présent 76 440 000 m3 d'eau à la fin janvier 2019, soit plus de 41% de ses capacités théoriques, selon les déclarations du directeur de cet ouvrage hydraulique.

L'espoir est permis selon les professionnels du secteur qui affichent un certain optimisme. Le même constat est relevé dans le monde agricole qui a accueilli avec soulagement ces précipitations salvatrices.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article