Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

L'Expression - Le Quotidien

Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, a indiqué que la Commission de régulation de l'électricité relevant de son département ministériel a élaboré un cahier des charges permettant d'attirer 70 investisseurs activant dans le domaine de la production de l'énergie solaire.

Les autorités ont depuis l'année 2015, institué un vaste programme visant la production de 22.000 mégawatts d'énergie renouvelable d'ici 2030. Un projet plutôt «ambitieux», quand on connaît le rythme de réalisation de la feuille de route du gouvernement, en la matière. En effet, nombre d'experts du domaine estiment que la mise en oeuvre de ce projet est à la traîne, c'est-à-dire caractérisée par une certaine «lenteur», par rapport à l'objectif fixé.
Le ministre de l'Energie, Mustapaha Guitouni, a indiqué jeudi dernier à Tissemsilt que cette année, «l'Algérie produira 200 mégawatts d'énergie renouvelable». Il a précisé dans ce sens, que «la Commission de régulation de l'électricité relevant de son département ministériel a élaboré un cahier des charges permettant d'attirer 70 investisseurs activant dans le domaine de la production de l'énergie solaire».


Selon le premier responsable du secteur, «ce programme devra réduire l'utilisation du gaz dans la production de l'électricité à 40 pc. Nous gagnerons ainsi 20 milliards de m3 de gaz, sachant que l'Algérie exploite actuellement 50 milliards de m3 de cette énergie pour la production d'électricité».
Il a encore rappelé que «l'Algérie a produit, durant la période allant de 2000 au début de l'année en cours, quelque 19.000 mégawatts d'électricité, à la faveur du programme du président de la République, ce qui a permis de tripler, durant ces deux décennies, la production d'électricité par rapport à la période allant de 1962 à 2000».
Il faut par ailleurs signaler que le développement des énergies propres en Algérie connaît un retard. Elle dispose d'un potentiel solaire d'une très haute importance par rapport à d'autres pays. Les experts parlent d'un taux d'ensoleillement de 2800 à 3500 h/an. Si l'on venait à rentabiliser cette ressource, on pourrait économiser jusqu'à 15% de gaz, dans un premier temps. Et comme on le sait, la consommation de gaz est déjà élevée et amenée à l'être davantage à l'avenir.
Pour revenir au programme, celui-ci cible la production de 22.000 MW sur la période s'étalant de 2015 à 2030. Il privilégie particulièrement la filière solaire photovoltaïque.


Cependant, si la cadence reste la même durant les prochaines années, arrivera-t-on concrètement à atteindre cet objectif, sachant que nous sommes déjà en 2019 et que la capacité de production demeure «dérisoire»?
Le P-DG de la Société des énergies renouvelables de la Sonelgaz, Chahar Boulakhras, avait récemment affirmé que «les grands projets inaugurés dans cette perspective, ont permis déjà d'installer des capacités de production électrique de l'ordre de 350 mégawatts». 


Concernant les filières photovoltaïque et éolienne, le P-DG a soutenu que contrairement à ce que l'on pense «l'Algérie n'est pas en retard dans l'exploitation de ce type d'énergie». Dans ce sillage, il fait la comparaison avec d'autres pays qui n'ont commencé à développer ces énergies qu'à partir de l'année 2010.
Il a en outre indiqué que d'ici 2030, le pays aspire à atteindre «un mix énergétique» de 27% en énergies renouvelables, passant successivement par une phase expérimentale, suivie d'une seconde, se traduisant par une intégration industrielle et une troisième phase se traduisant, à partir de 2021, par un déploiement à vaste échelle des supports de production de ces types d'énergie, rapporte la Radio nationale.
Ainsi, l'on peut dire qu'en ce qui concerne la marge de manoeuvre de l'Etat afin d'aboutir à la réalisation de ce grand dessein, se fait au fur et à mesure.


Cela se traduit par l'installation de 14 centrales électriques photovoltaïques d'une capacité installée de 268 mégawatts (MW) qui ont été mises en service en 2015 dans les Hauts-Plateaux et le sud du pays.
Plus récemment, dans une volonté de concourir au développement des énergies propres en Algérie, le ministère de l'Enseignement supérieur se met aussi de la partie. En effet, le responsable du secteur, Tahar Hadjar, a annoncé jeudi à Batna le projet de création d'une Ecole des énergies renouvelables à l'université de Batna.


«L'université de Batna, fréquentée par plus de 70 000 étudiants, est aujourd'hui une des plus grandes universités du pays et mérite d'accueillir une école des énergies renouvelables, objet d'insistance de ses enseignants», a-t-il affirmé. Ajoutant que «cette future école s'inscrit dans le cadre du projet d'entreprises lancé depuis quelques années et qui commence aujourd'hui à prendre corps, en vue de faire de l'université un élément fondamental du développement local».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article