Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Un accord de partenariat sur la mise en œuvre initiale du projet de gestion intégrée du complexe de zones humides de Guerbes-Sanhadja de Skikda a été signé, mercredi dernier, entre le ministère de Affaires étrangères, le Programme des Nations unies pour le développement et la Direction générale des forêts.

«Le projet qui s’inscrit dans le cadre de la politique nationale de conservation des zones humides, de la biodiversité et du développement durable, a été élaboré, en partenariat avec le PNUD», a indiqué un expert de cette instance onusienne en Algérie, Sofiane Dih, lors de la présentation du projet à la ferme pédagogique de Zéralda . «Il porte sur la consolidation de 75 hectares de cordon dunaire du complexe des zones humides de Guerbes-Sanhadja, ce qui permettra de renforcer la protection contre les inondations, le contrôle de l’érosion, l’amélioration de la qualité de l’eau, la séquestration du carbone», a précisé M. Dih. Outre, sa portée écologique, le projet permettr d’offrir des possibilités de loisirs et de sécuriser les populations qui habitent à proximité de ces zones humides, comme il contribue à leur développement économique et social.


A ce propos, il a souligné l’intention des initiateurs de ce projet à faire bénéficier la wilaya d’un tourisme durable à travers l’amélioration des espaces naturels et la préservation de sa richesse écologique, l’encouragement des activités artisanales à base de produits locaux et la valorisation des activités économiques écologique et génératrices de richesse. «Nous escomptons atteindre ce résultat en impliquant les communautés locales via un processus participatif», a-t-il assuré. Dans le cadre de la promotion des services socioéconomiques, il a cité le projet d’exploitation de la figue de barbarie, qui est une espèce disponible dans la région.


Il a rappelé que ce projet fait suite à une première phase qui a été mise en œuvre pour la gestion intégrée de zones humides, initié en 2007, qui a permis la concrétisation d’un certain nombre de projets pilotes dans la région portant notamment sur la valorisation des produits agricoles et le développement de l’apiculture ainsi que la stratégie de communication et la création d’un centre d’éducation environnemental. La première phase de ce projet initié par l’Algérie en partenariat avec le PNUD avec la participation du Fonds mondial pour la nature dans le cadre de la Convention Ramsar (convention relative au zones humides d’importance internationale).


«Les engagements ont permis de réduire les actions néfastes à l’environnement et de développer des actions agricoles génératrices des revenus et respectueuses de l’environnement et de classer le site comme une zones protégée», a-t-il fait valoir. Le représentant du PNUD en Algérie, Edewin Carrié, a déclaré pour sa part, que le projet cofinancé par le gouvernement algérien et la Fondation Coca Cola devrait contribuer à la protection du patrimoine naturel de l’Algérie riche en zones humides.

A l’issue de la cérémonie de signature, des experts ont fait remarquer que l’augmentation des populations vivant à proximité des zones humides a entrainé la surexploitation de ces espaces causant parfois une rupture de l’équilibre biologique qui menace leur pérennité. Ils ont soulevé par ailleurs le problème de l’utilisation de techniques de production intensive à la place des pratiques traditionnelles, le développement de l’industrie, le rejet des eaux usées qui ont entrainé la dégradation des zones humides.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article