Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

Après avoir réglé le problème des entreprises de collecte des ordures ménagères, la ville de Tizi Ouzou veut passer à l’étape supérieure. La commune, qui a tout prévu avec l’entreprise chargée de ce volet, compte réguler les mouvements des déchets entre les ménages et les bacs. Pour ce faire, un appel est largement partagé sur les réseaux sociaux afin de réguler les horaires de sortie des sachets poubelles depuis les maisons jusqu’aux bacs présents dans chaque quartier.


En fait, il a d’abord fallu faire l’état des lieux avec le constat sur le terrain. Au terme de cette procédure technique, les chiffres recueillis expliquaient beaucoup de zones d’ombre contenues dans le circuit.

A la lecture de ces mêmes statistiques, il est en effet apparu le fait qu’un décalage entre les horaires de passage des camions de l’entreprise et ceux de sortie des ordures par les ménages, ce qui explique le fait que sur les 90 tonnes produites, seulement 70 sont collectées par les agents qui travaillent de nuit. Il a été observé par ailleurs que les 20 tonnes restant dans les bacs durant la journée avec les odeurs nauséabondes, sont le nombre sorti par les familles durant la journée.


Aussi, afin de réguler les horaires, l’appel indique que les camions de l’entreprise passent durant la nuit pour la collecte. Pour faciliter le travail aux agents, les ménages doivent sortir leurs ordures entre 18h et 20h chaque jour. La méthode permettra la collecte de la totalité des 90 tonnes et de libérer les quartiers des odeurs nauséabondes durant la journée. Les 20 tonnes ne sont en effet pas laissées par les agents collecteurs, mais plutôt sorties le matin et durant la journée, par les habitants des quartiers, ce qui cause la dégradation du cadre de vie des mêmes citoyens qui se plaignent chaque jour. La solution est donc partagée en deux volets. Le premier concerne le rôle des agents chargés de la collecte et le second revient aux habitants d’assumer leurs responsabilités.


Par ailleurs, il est à noter que la wilaya de Tizi Ouzou souffre énormément du problème de collecte des ordures ménagères. En cause, cinq CET (centres d’enfouissement technique) qui sont d’un côté actuellement bloqués par des citoyens qui s’opposent à leur installation près de leurs villages. Ces derniers proposent d’autres terrains, justifiant leur refus par les risques sur leur santé.

D’un autre côté, la wilaya attend toujours l’incinérateur de déchets inscrit au programme par les pouvoirs publics, mais sans jamais le voir arriver. D’un montant de 10 milliards, la machine permettra de pallier l’absence de ces CET et de diminuer la pression sur le CET de Oued Faïl.


Enfin, sur un autre registre, les communes et les villages sont envahis par les décharges sauvages. Les autorités en ont recensé quelque 286 réparties entre toutes les communes. 


Les risques de maladies dues à la prolifération en ces lieux sont d’autant plus grands que la saison estivale favorise l’apparition de plusieurs maladies. Le danger de ces derniers est également constaté dans le déclenchement et le départ des feux. Bon nombre d’incendies qui ont ravagé des milliers d’hectares de forêts sont partis de ces décharges.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article