Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

 

 
 
13 JANVIER 2020 À 8 H 40 MIN
 

Opérateurs économiques et experts dans le domaine de l’environnement se sont rencontrés, récemment, pour débattre des meilleurs moyens pour concilier rejets industriels et fonctionnement optimisé des stations d’épuration, tout en ménageant l’aspect économique des entreprises.

Des intervenants parmi les industriels ont tenté d’avoir des solutions auprès des experts quant à la gestion et au traitement des rejets industriels liés, entre autres, aux eaux acides, aux molécules non traitées et à la concentration des métaux toxiques dans des boues au milieu de la faune et la flore. Il a été également question d’appeler les opérateurs à se conformer aux lois relatives à la protection de l’environnement et fixant les modalités d’octroi de l’autorisation de déversement des eaux usées, autres que domestiques, dans un réseau public d’assainissement ou dans une station d’épuration.

La rencontre a conclu sur l’obligation d’installer des systèmes de traitement appropriés afin de protéger le milieu récepteur, notamment les oueds Solit et Legseub. «Depuis une quinzaine d’années, je vis entre l’Algérie et la France.

Conscient du pic de dégradation de l’environnement, je tente d’apporter une valeur technique ajoutée à mon pays d’origine, et réfléchir aussi sur les moyens pour réduire le coût de production des équipements destinés à la gestion et au traitement de l’eau», nous dira Mohamed Kassoul, ingénieur et docteur en hydraulique, consultant auprès de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris.

Or, en l’absence d’une véritable volonté politique et des lois draconiennes vis-à-vis de l’environnement, le projet de sauver l’écosystème s’avère incertain. «Certes, le chantier est aussi grand que vierge.

Nous sommes en deçà de la rigueur en termes de gestion de toutes sortes de déchets et de ce qui est susceptible de nuire à l’environnement. La prise de conscience et l’implication de tout un chacun dans le respect de son environnement immédiat sont donc de mise», conclut-il.

M. Allouache

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article