Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

Pas moins de 6.135 oiseaux d’eau nicheurs ont été dénombrés durant le mois de mai par les ornithologues dans les différentes zones humides de la wilaya de Ghardaïa, a appris hier l’APS auprès de la Conservation des forêts de la wilaya.

Initié dans le cadre des activités du réseau national des observateurs ornithologues algériens (RNOOA), à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des oiseaux migrateurs, ce recensement national des oiseaux migrateurs d’eau nicheurs a ciblé les zones humides naturelles et artificielles de la wilaya. Ces zones aquatiques sont devenues «une halte incontournable de nidification pour les oiseaux migrateurs sur l’axe migratoire entre l’Afrique et l’Europe», a expliqué le chef du groupe Sud-Est-II du réseau, Abdelwahab Chedad. L’objectif de ce dénombrement effectué entre les 17 et 30 mai dernier est «d’établir une base de suivi des différentes zones humides et de connaître l’effectif de la population avifaune nicheuse dans la région, sa phénologie et sa densité», a précisé M. Chedad en notant que les indices de nidification sont déterminés par l’existence de nids, d’œufs et de poussins sur les sites.
Le comptage a permis de répertorier une trentaine d’espèces avifaunes nicheuses avérées, dont des espèces dominantes telle que Flamant rose, Gallinule poule-d’eau, Echasse blanche, Fuligule nyroca, Tadorne casarca, Echasse blanche, Marmaronette marbrée et Foulque macroule, a-t-il fait savoir. Le recensement a ciblé la zone humide naturelle du lac Sebkhat El Maleh (El-Menea) d’importance mondiale classée en 2004 sur la liste de la Convention de Ramsar, les zones humides naturelles non classées El-Mahfoura et Daya Oum Souid dans la localité de Seb Seb et Fayget El-Gara dans la commune de Hassi El-Gara. Il a également concerné les zones humides artificielles créées à la faveur d’un programme de traitement des eaux usées, de préservation de l’environnement et des ressources hydriques constituées essentiellement de stations d’épuration des eaux usées (STEP) de Kef Doukhen exutoire de l’Oued M’zab) à El-Atteuf, et celles de Berriane et de Guerrara ainsi que les rejets de Métlili et Zelfana, a signalé le responsable du réseau d’observateurs ornithologues.
Ces zones humides disposent d’une biodiversité importante et abritent une variété d’espèces d’oiseaux migrateurs, dont une partie inscrite sur la liste des oiseaux menacés, élaborée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ces sites aquatiques, notamment les sites artificiels, sont devenus des habitats et un milieu de reproduction de la population avifaune, favorisé par le gardiennage et l’éloignement des zones urbaines. Ils recèlent des potentialités susceptibles de promouvoir un tourisme écologique et de devenir également un véritable laboratoire à ciel ouvert pour les scientifiques et autres biologistes. La présence d’oiseaux en hausse, comparativement à l’année 2019 où il a été enregistré 4.855 oiseaux, est un «bon indicateur» de l’état de la biodiversité locale, a conclu M. Chedad.
R. R.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article