Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

Le projet, qui s’inscrit dans le cadre du Programme de la mer Méditerranée (MedProgramme) concerne des usines qui sont à saturation ou proches de la saturation. L’objectif est de prévenir la pollution de la méditerranée par les eaux usées.

Un important projet de réhabilitation des stations d’épuration sera mené en Tunisie. Il concerne 10 usines de traitement des eaux usées situées dans plusieurs villes du pays, notamment Bouargoub, El Kef, Teboursouk, Jammels, Sbeitla, Medenine, Tozeur, Kebili, El Hamma et Tataouine.

Le projet est exécuté dans le cadre du Programme de la mer Méditerranée (MedProgramme) lancé le 24 juin 2020 dans 10 pays (Tunisie, Albanie, Algérie, Bosnie-Herzégovine, Égypte, Liban, Libye, Maroc, Monténégro et Turquie), grâce à une subvention de 43 millions de dollars (près de 121 millions de dinars tunisiens) du Fonds pour l’environnement mondial (FEM). Le Medprogramme est soutenu par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et par la Banque européenne d’investissement (BEI), par le biais d’un cofinancement de 700 millions de dollars sous forme de prêts aux pays et aux entités publiques et privées. Le programme permettra entre autres de réduire les principaux facteurs de stress environnementaux, de renforcer la résilience climatique et la sécurité des ressources en eau, et d’améliorer la santé et le soutien des populations côtières de la région méditerranéenne. Le lancement officiel de la partie tunisienne du Medprogramme est prévu ce mois de juillet 2020. Les usines de traitement des eaux usées qui seront rénovées sont celles qui sont à saturation ou proches de la saturation. « Il est important de s’assurer que chaque usine ait une capacité suffisante pour traiter toutes les eaux usées urbaines, rurales et industrielles jusqu’en 2045 », souligne Lorenzo Paolo Galbiati, responsable du plan d’action méditerranéen du  Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue).

Outre la réhabilitation de 10 stations de traitement d’eau, le Medprogramme vise également à évaluer dans le pays la contamination du sol par le mercure dans la ville de Kasserine, au centre-ouest de la Tunisie, à identifier les actions prioritaires pour remédier aux contenants de mercure métallique dans les anciennes cellules électrolytiques et à proposer un plan de gestion global du site contaminé.

Le programme comprend aussi la préparation d’un plan d’inventaire national des polluants organiques persistants (POP), en collaboration avec les ministères concernés et l’identification d’actions concrètes pour la gestion durable de l’aquifère côtier du Djebel Ras dans le gouvernorat de Bizerte en Tunisie, renseigne afrik21.africa.

 

 

Moctar FICOU / VivAfrik    

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article