Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

Un risque pour la santé de tous

Ingérés par les poissons et autres animaux marins — et à terme par les consommateurs —, les microplastiques nuisent en premier lieu à la biodiversité maritime en causant l’intoxication, voire la mort, de nombreuses créatures marines. 

Si les océans regorgent — au minimum — de 5,2 billions de morceaux de microplastique, une récente étude révèle que les « hotspots » pourraient contenir 1,9 million de particules de microplastique par mètre carré. 

La Turquie s’enfonce dans la pollution plastique

Selon un rapport publié par le Fonds mondial pour la nature (WWF) en juin 2019, la Turquie est le pays qui jette le plus de déchets plastiques en mer Méditerranée. Selon l’association environnementale, ce n’est pas moins de 144 tonnes de plastique qui sont jetées dans la mer en Turquie. Juste derrière, on retrouve l’Espagne (126 tonnes), tandis que l’Italie ne jetterait « que » 90 tonnes de plastique dans la Méditerranée. 

Selon Aslı Başaran, une universitaire de l’université d’Ege, « la consommation de plastique a beaucoup augmenté ces dernières années (en Turquie) et nous avons commencé à voir des matériaux solides appelés “déchets marins” lors de recherches menées sur les côtes turques. » 

Soulignant qu’il existe des matériaux tels que du verre, du bois et de l’aluminium dans ces « déchets marins », l’universitaire explique que ces déchets sont brisés en petits morceaux avec le temps et par la puissance des ondes, mais que ces minuscules particules nuisent à la vie marine. En effet, « les morceaux de plastique occupent beaucoup d’espace dans l’estomac des animaux marins. Pensant qu’ils n’ont pas faim, ils meurent par manque de nutriments. » 

Par ailleurs, la Turquie étant le premier importateur de déchets venant des pays européens — 48 500 tonnes par mois en 2019 contre 4 000 tonnes par mois en 2016 —, les mers ainsi que les zones agricoles en pâtissent, selon Sedat Gündoğdu de l’université de Çukurova. Ce dernier insiste sur le fait que l’importation de déchets européens sous le nom de matières premières menace sérieusement l’environnement et la santé humaine. 

En 2018, la Fondation turque pour la recherche maritime (TÜDAV) indiquait que la Turquie faisait partie des 20 pays responsables de 83 % de la mauvaise gestion des déchets plastiques dans le monde. La pollution microplastique en milieu marin ne cessant d’augmenter (20 % de plus chaque année), la Turquie et les autres pays sur la scène internationale doivent absolument trouver une solution à ce problème et mettre en place davantage de contrôle des déchets. 

Natasha Voase

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article