Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

Plusieurs wilayas du Nord du pays, particulièrement celles du Centre et de l’Est, ont connu des incendies qui ont ravagé des surfaces importantes de forêts. La Direction générale des forêts (DGF) a rendu public son bilan des incendies pour la période allant du 1er juin au 1er août, citant 1216 foyers ayant parcouru durant cette période une superficie globale de plus de 8778 hectares (ha). Le premier responsable de cette direction, Ali Mahmoudi, revient sur la situation et les causes de ces incendies : «Les départs d’incendie sont divers, certains sont volontaires et d’autres non.» Et de souligner : «Les origines des incendies étant principalement liées aux activités humaines, l’implication de la population pour la préservation de notre patrimoine est capitale.»

– La DGF vient de rendre public son bilan des incendies de la période allant du 1er juin au 1er août. D’importants dégâts ont été constatés, particulièrement dans les wilayas du centre et de l’est du pays. Pouvez-vous nous en résumer les principales conclusions ?

Depuis le 26 juillet, le nombre d’incendies est très élevé comparativement à la période allant du début de la campagne au 25 juillet. En effet, d’importants dégâts ont été constatés, puisque au 2 août nous avons enregistré près de 1283 foyers ayant parcouru 9017 ha. Cependant, le bilan définitif et l’évaluation exacte des dégâts s’effectueront à la fin de la campagne anti-incendie, en partenariat avec nos collègues de l’ASAL.

– Comparativement à la même période de l’année dernière, une légère baisse a été enregistrée…

Comparativement à la même période de 2019, la différence n’est pas importante, nous sommes presque dans le même scénario avec une moyenne de 350 à 400 hectares en plus.

– Quelles sont les causes principales de ces sinistres ?

Les causes des incendies sont diverses, certains feux sont volontaires et d’autres involontaires, tels que les barbecues mal éteints, le débroussaillement et le nettoiement par le feu autour des maisons et des jardins situés en bordure des massifs forestiers.

– Votre direction a dégagé des moyens humains et matériels pour faire face et venir à bout de ces incendies. Lesquels ?

Le dispositif de prévention et de lutte contre les incendies se présente comme suit : 756 chantiers d’intervention avec 7483 ouvriers ; 32 camions-citernes ravitailleurs ; 20 colonnes mobiles composées de 8 CCFFL ; 478 brigades mobiles avec 2387 éléments ; 407 postes de vigie avec 960 éléments ; 2820 points d’eau…

– Y a-t-il du nouveau pour cette année ?

Un projet de coopération en cours avec le Japon, portant «assistance technique à la gestion des feux de forêt en Algérie» permettra l’élaboration d’une stratégie moderne globale de gestion des incendies.

– Les autres services de l’Etat (concessionnaires, entre autres, à l’instar de Sonelgaz, l’ADE) ont-il été coopératifs 

Les différents services de l’Etat sont très coopératifs, et les missions de chaque secteur se résument à : DTP et collectivités locales : entretien des accotements des routes longeant ou traversant les massifs forestiers. Exploitants agricoles : réalisation de tournières aux extrémités des exploitations agricoles limitrophes aux forêts.

Sonelgaz : entretien des tranchées sous les lignes de haute tension. SNTF : entretien des voies ferrées traversant ou longeant des forêts. Protection civile : coordination dans l’organisation de la lutte contre les incendies. Gendarmerie nationale : protection du domaine forestier national et conservation des écosystèmes naturels nationaux.

Office national de la météorologie (ONM) : prévision des risques météorologiques aux feux de forêt, notamment par l’indice HDW «Hot Dry Windy», qui indique la sévérité climatique. Agence spatiale algérienne (ASAL) : utilisation de l’imagerie satellitaire dans l’évaluation des superficies parcourues par le feu et de la remontée biologique.

– La prévention est un aspect important de votre engagement. L’implication du citoyen est essentielle. Votre commentaire…

Les origines des incendies étant principalement liées aux activités humaines, l’implication de la population pour la préservation de notre patrimoine est primordiale. Il lui est demandé la plus grande vigilance pour protéger cette richesse naturelle afin de la léguer aux générations futures.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article