Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

#ENVIRONNEMENT#ALGERIE

Actuellement, en Algérie, et ce dans nombre de cas, remplacer systèmatiquement tous les éclairages publics par des lampadaires équipés de systèmes Led n'est ne va pas forcement permettre une réelle économie d'énergie et ce n'est pas toujours une opération vraiment bénéfique pour l'environnement...

Pourquoi?

Parce que remplacer un néon d'un type d'éclairage par une autre technologie ne consiste pas, comme à la maison, à changer tout simplement une ampoule par une autre.

Il y a tout un travail de recalibrage isométrique qui doit absolument être réalisé afin de fournir la même intensité d'éclairage avec le même espacement de lampadaires.

Quand cela n'est pas fait ou mal accompli, la plupart du temps, cela débouche sur une consommation énergétique plus importante.

Ce qui est apparement très courant en Algérie, notamment parce que la personne décisionnaire dans ce domaine est rarement qualifiée pour le faire.

Comme d'habitude, chez nous, on procède de manière uniforme et systématique tandis que chaque lieu néscessite un habillage lumineux bien particulier et donc bien pensé.

A cette contrainte il incombe de répondre par un effort de concertation de toutes les parties concernées et qualifiées. Professionnels, responsables politiques ainsi que bien évidement les usagers doivent être impérativement inclus dans le processus d'habillage lumineux d'un quartier, d'une ville, d'une autoroute, d'un espace vert, d'un monument ect...

De même, les lampes Led si elles sont nettement moins énergivores et ont une meilleure longévité, produisent une lumière qui perturbe fortement la biodiversité ambiante ainsi qu'une lumière qui ne correspond pas à l'ambiance lumineuse la plus appropriée pour mettre en valeur un espace.

Ainsi, dans certains, cas il vaut mieux laisser les lampes à sodium à haute pression déjà installées, surtout si leur espérance de vie reste encore importante. Car elles sont moins pertubatrices pour la biodiversité et souvent procurent une lumière moins agressives.

Enfin, il est important de laisser par endroit de véritables "trames noires" afin de ne pas perturber inutilement des espaces naturels qui cohabitent en périphérie de nos villes ou s'y intégrent par endroit.

La lumière peut être aussi bénéfique et civilisatrice par endroits et dans une certaine mesure, qu'elle est tout autant potentiellement une source de pollution largement ignorée et sous estimée, mais aussi très nocive...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article