Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

En 2019, le solaire et l’éolien ont représenté 67 % des nouvelles capacités électriques installées à travers le monde. 

Le photovoltaïque à lui seul a représenté 45 % des centrales construites dans le monde avec 118 GW installés, révèle le rapport « Power Transition Trends 2020 » de BloombergNEF (BNEF), datant du 1 septembre 2020.

Il a également été le premier choix dans un tiers des 138 pays pris en compte par le rapport, dont entre autres l’Inde, l’Italie, l’Australie, la Namibie, les États-Unis et le Chili. « La forte baisse des coûts des équipements solaires, principalement les modules solaires, a rendu cette technologie largement disponible pour les entreprises et les réseaux. Le photovoltaïque est désormais omniprésent et un phénomène mondial », a affirmé Luiza Demôro, analyste chez BNEF et auteure principale du rapport.

La capacité mondiale de centrales solaires installées dans le monde s’élève désormais à 651 GW, faisant de la technologie la quatrième source d’énergie au monde devant l’éolien (644 GW) et derrière le charbon (2 089 GW), le gaz (1 812 GW) et l’hydroélectricité (1 160 GW). En termes de production, le solaire a fourni en 2019, 2,7 % de l’énergie consommée dans le monde contre 0,16 % il y a une décennie.

En 2019, 39 GW de centrales à charbon ont également été construits dans le monde contre 19 GW en 2018. Cependant, la production d’électricité à partir de cette source a baissé de 3 % en 2019 par rapport à l’année précédente en raison du ralentissement dans l’utilisation de ces infrastructures. Même si leur capacité continue à s’accroître, les centrales à charbon fonctionnent en effet moins souvent. Leur taux d’utilisation moyen est passé de 57 % en 2018 à 50 % en 2019. « Les pays plus riches se débarrassent rapidement de centrales à charbon vieilles et inefficientes, parce que celles-ci ne peuvent rivaliser avec les nouveaux projets de renouvelables ou gaziers. Mais dans les nations les moins développées, en particulier en Asie du Sud et du Sud-est, des centrales à charbon nouvelles, plus efficaces, entrent en fonction, souvent avec le soutien financier de créanciers japonais ou chinois », explique Ethan Zindler, responsable Amérique à BNEF.

Ecofin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article