Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie en Algérie

SOUK AHRAS - Le patrimoine forestier de la wilaya de Souk Ahras est, du fait de sa richesse et de la diversité de ses essences d’arbres adaptées au climat de la région, une source de richesse non négligeable et s’impose comme un élément-clé pour booster les investissements de loisirs et encourager les populations riveraines à s’établir durablement dans leurs régions d’origine.

Peuplées de plusieurs espèces telles que le pin d'Alep, le chêne-liège et le cyprès pour ne citer que celles-ci, les forêts de la wilaya de Souk Ahars sont également traversées par de nombreux cours dont l’oued Charef et, surtout, l’oued Ain Dalia qui alimentent le barrage éponyme, d’une capacité de stockage de 82 millions de m3.

Selon le conservateur des forêts de Souk Ahras, Baroudi Belhoul, ce patrimoine est riche de 43.625 hectares de pins d’Alep, 23.431 ha de chêne vert et de chêne-liège, tandis que le reste des surfaces forestières (21.878 ha) est constitué de cyprès, d’eucalyptus et de broussailles.

Ce précieux réservoir de biodiversité confère, notamment à la partie septentrionale de la wilaya, une beauté magique avec ses majestueux pins d’Alep, ses variétés multiples de chênes et ses bruyères.

Néanmoins, plus l’on avance vers le Sud plus le couvert végétal se dégarnit et devient épars. Certaines plantes y prolifèrent toutefois comme le romarin, la rue de Syrie (Peganum harmala), l’alfa et le genévrier qui font vivre plusieurs espèces animales dont le lièvre sauvage, le sanglier, la perdrix et le cerf de Barbarie, souligne le même responsable.

Pour protéger et valoriser ce patrimoine forestier, la Conservation de wilaya des forêts a lancé plusieurs plans de développement mobilisant près de six milliards de dinars.

Ces moyens financiers ont été répartis sur 30 opérations portant particulièrement sur le reboisement de 1.300 hectares en vue de régénérer les surfaces forestières ravagées par des incendies au cours des dernières années, notamment dans les communes de Machrouha, Henancha, Sidi-Fredj, Ain Zana, Ouled Driss et Taoura, souligne-t-on.

Des projets prometteurs pour développer le secteur forestier

Des plans "prometteurs" de développement ont été adoptés dans la wilaya de Souk Ahras dans le but de valoriser le secteur forestier et faire en sorte que ce dernier puisse générer de la richesse et des postes d’emploi, indique M. Belhoul.

"Quatre projets d’investissements de détente et de loisirs seront très prochainement lancés dans les forêts d’El Djalil (Drea), Fernat (Lahdada), El Ma Lahmer (Ain Zana) et Bousssessou (Taoura) et ce, sur une superficie de cinq hectares pour chaque projet", affirme le même responsable.

Il a par ailleurs fait savoir que ces projets devraient donner lieu à la création d’espaces de repos, de kiosques en bois, d’aires de jeux pour enfants, en plus de deux pépinières et deux lieux d’élevage dans les mechtas de Souda et Gassât El Cheikh dans la commune de Sidi Fredj d’une superficie totale de 56 hectares.

Evoquant l’investissement dans le domaine de la production forestière aromatiques et médicinales, ce responsable révèle que plus de 8075 quintaux de romarin ont été vendus à des opérateurs économiques en vue d’être distillés et exporter vers des pays européens pour être utilisés par les industries pharmaceutiques et cosmétiques.

Pour sa part, le directeur par intérim du tourisme et de l'artisanat, Azzedine Selama, a affirmé que la réalisation des quatre parcs d’attractions à Souk Ahras, Taoura et Sedrata, ayant récemment reçu l'approbation de la commission de wilaya chargée de l'investissement, va donner "un coup de fouet" au tourisme vert dans la région pour le grand bonheur des familles Soukahrassies en quête de moments de quiétude et de repos loin du brouhaha urbain.

Pour de nombreux connaisseurs, la zone frontalière d'Ain al-Zana (située à 40 km du chef-lieu de wilaya) regorge d’énormes potentialités en matière d’écotourisme avec, notamment, la région encore vierge dite "El Ma Lahmer" qui dispose de tous les attributs pour abriter un complexe de sport de haut niveau.

El Machrouha, la sempervirente qui ne connaît point de sécheresse

A 20 km au nord de Souk Ahras, le site de Machrouha est à 1.200 m du niveau de la mer. Le mercure y est souvent timide, le visiteur se doit d'être chaudement habillé pour espérer profiter pleinement du paysage offert par une nature verdoyante qui vous convie allègrement au dépaysement à chacun de ses murmures.

C'est dans cette région que la base de l'Est avait établi son poste de commandement durant la glorieuse Révolution, à Dechret el Mazraâ, rappellent les services de la wilaya.

La région abrite encore de nombreux sites naturels restés pratiquement vierges. La création d'un parc animalier doublé d'un parc de loisirs reste très attendue par toute la région, en l'occurrence dans la zone d'extension touristique de Lemghassel qui, de surcroît, se languit d’investissements pour la création d’infrastructures de santé pour le traitement de l’asthme et autres maladies pulmonaires.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article