Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

En Algérie, il me semble que quatre-vingt pour cent  au moins de nos problèmes environnementaux sont les conséquences directes et indirectes de la corruption ainsi que de l'oligarchisme et du clientélisme  qui polluent tout l'écosystème sociale, économique et biologique Algérie.

Cet environnement malsain de l'environnement algérien, a crée une sorte d'envelloppement toxique et stérilisant qui entoure et influence négativement  la plupart des secteurs de la gouvernance algérienne et donc des dimensions du quotidien des Algériens. Si  bien que ce qui reste des origines de ces problèmes écologiques  est à incomber aux effets perverses, eux aussi directes et indirects,  de l'absence d'un état de droit, de justice et de liberté au sein de la société algérienne.

La question de l'environnement en Algérie dépasse donc  de très  loin celle de l'efficacité ou de la pertinence des institutions, de la planification, ni même de la législation environnementales. Aucune mesure, aussi sentationnelle et solannelle  qu'elle pourrait nous parait ne saurait s'avérer réellement efficace sur le long terme  sans cette radicalité.

Car, quasiment tout de censé et de visionnaire  a déjà été dit, planifié  ou  légiféré depuis au moins une vingtaine d'année, sans jamais avoir été réalisé, ni même pris en compte de manière complète et  sincère par nos politiques ainsi que par leurs inféodés au sein de la société civile.

Sans cette dépollution de fond et de forme préalables, il me parait très optimiste voire même  démagogique de parler d'un projet de transition écologique réellement opérationnel.

Surtout quand ce projet a tout l'air, sur le terrain, de servir en premier lieu un développement durable qui a pour condition viscérale le dévorement durable de pays comme le nôtre. 

Quant les énergies renouvelables, la sobriété ainsi que l'efficacité énergétique sont les arbres de bonne volonté affichées qui cachent la forêts de pratiques et d'ambitions où le gaz de schiste ainsi que l'exploitation des terres rares sont au coeur d'une nouvelle rentre, certes plus diversifiées dans la forme. 

Mais dont le fond reste le même que celle qui a paralysée depuis plusieurs décennies l'économie algérienne dans une léthargie populiste et schizophréne; qui aura surtout fourni au final une énergie bon marché, et cela malgré les précédentes embellies tarifaires des cours du pétrole et du gaz, du fait de la nature largement importatrice de l'économie algérienne. 

Parlons également de toute la matière grise, elle aussi, la plupart du temps, cédée à prix d'or, à cause d'une fuite quasi systémique de la matière grise algérienne la plus compétente, incapable de trouver un terrain endémique pour s'épanouir et développer ses talents. Tous ces chercheuses et chercheurs, entrepreneurs en puissance qui auraient pu profiter d'une biodiversité biologique, de ressources naturelles et même humaines qui ne profitent guére au développement de la science algérienne, ni à l'émergence d'une culture de l'innovation nationale.

Or, c'est une des conditions incontournable d'un développement durable algérien digne de ce nom, dynamique, ingénieux à produire des solutions technologiques, mais aussi d'ingénieries sociales, de développements personnels, de programmation neurolinguistiques, d'agricultures biologiques locales et encore plus de bien-être ainsi que de convivialité sociale...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article