Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

http://portail.cder.dz/

1.700 zones humides ont été répertoriées en Algérie, dont la situation varie, d’une région à l’autre, entre vierges, polluées et moins polluées, selon la révélation faite mardi à Tipaza par la ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, Dalila Boudjemâa.

Le gouvernement a adopté une nouvelle politique visant à insuffler une dynamique à ces zones humides, conformément à la convention Ramsar qu’elle a signée en 1982, a indiqué la ministre en marge des festivités de la célébration de la journée mondiale des zones humides, coïncidant chaque année avec le 3 février, organisée au barrage de Boukourdane.

Parmi ces 1.700 zones humides répertoriées, 526 zones ont été limitées géographiquement, 280 zones humides naturelles et 246 zones humides artificielles consistant en des barrages, a-t-elle encore affirmé.

Elle a ajouté, à cet effet, que 50 sites ont été classés et des plans de leurs gestion ont été mis en place. Dix autres sites sont en cours de valorisation, dont six ont été classés Ramsar sur la base de leur situation géographique, afin de leur assurer un aménagement écologique de manière à permettre de les sauvegarder, a-t-elle expliqué.

Il s’agit, a-t-elle détaillé, des oasis de Tamentit à Béchar, du lac Tolga à El Tarf, du barrage de Boukara à Tissemsilt, du lac de Réghaia à Alger, Dhaya Elmersi à Oran, du lac Sidi M’hamed Ben Ali à Sidi Bel Abbès et de Chatt El Hodhna à M’sila.

La ministre a affirmé que l’aménagement concernera plusieurs aspects prenant en considération les spécificités et les besoins de chaque zone humide, expliquant que certaines zones bénéficieront, par exemple, de campagnes de boisement, d’autres de moyens de divertissement et de repos ou de galléries pour découvrir ces espaces naturels.

Ces zones humides ont, a-t-elle indiqué, une grande importance sur le plan écologique à travers la protection du littoral, la protection des villes des inondations et à leur qualité de réservoir de diversité biologique.

La ministre a, en outre, mis en exergue l’intérêt économique, social et touristique de ces zones, signalent que le slogan retenu cette année pour la célébration de le journée mondiale est "des zones humides pour notre avenir".

Elle a assisté, à cette occasion, à un concours du meilleur dessin sur le sujet. Six enfants ont été honorés pour leurs oeuvres visant à inculquer la culture environnementale.

La ministre a, par ailleurs, visité une exposition organisée au barrage de Boukourdane relative au sujet, et qui a mis en exergue les activités de certains organismes comme l’Observatoire nationale de l’environnement et du développement durable, l’Agence nationale des barrages et transferts, la Maison de l’environnement, le commissariat national du littoral.

Les activités de certaines associations dans le domaine de l’environnement ont été aussi mises en exergue à cette cérémonie, qui s’est clôturée avec une campagne de boisement organisée par la Conservation des forêts.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article