Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web NOUARA

Dimanche, 04 Novembre 2012 09:50

Tenue du 1er symposium international à Djelfa

Par : Ahmed Moussa

Sur initiative du haut commissariat au développement de la steppe, en collaboration avec l'union internationale de la conservation de la nature (UICN) et avec l'appui du mouvement écologique algérien (MEA), il est prévu, à partir d’aujourd’hui, et pour une durée de six jours, la tenue du premier symposium international sur la gestion durable des parcours et nappes alfatières, un rendez vous qui s'inscrit, d'après ses concepteurs, en droite ligne avec la célébration du 50e anniversaire de l'indépendance nationale.
D'après le communiqué de presse établi à cet effet, ce rendez vous prévu sous le haut patronage du Ministre de l'agriculture et du développement rural, réunira différentes compétences venues de plusieurs pays possédant un capital expérience non négligeable dans le domaine de la préservation des écosystèmes steppiques, à l'instar de l'Espagne, de l'Argentine, des Etats-Unis et de la Tunisie, et ce en plus de certains chercheurs algériens établis à l'étranger ou travaillant dans des universités nationales comme celle de Houari Boumediene ou Boumerdès. En matière d'objectifs, plusieurs points seront traités à commencer par l'état des lieux des acquis en matière d'investissements injectés par les pouvoirs publics pour réduire, un tant soit peu, l'avancée du désert et la restauration et réhabilitation des écosystèmes menacés de dégradation, notamment ces dernières décennies.  
Des exemples de réussites à travers le monde, comme l'Espagne et l'Argentine notamment, seront présentés comme modèles afin de situer les points forts et les échecs enregistrés à travers les différents programmes et politiques prônés dans notre pays jusqu'à ce jour.
D'ailleurs, d'après le programme tracé lors de ce symposium, en plus des communications prévues, des sorties sur terrain seront assurées pour évaluer les résultats en matière de restauration des écosystèmes pour déboucher, éventuellement, sur des recommandations ayant trait à la gestion durable et efficace des nappes alfatières et des parcours steppiques, de plus en plus menacés par la désertification.  
Aussi, il sera question de discussion des possibilités de partenariat entre les institutions nationales et internationales dans le domaine de la préservation et développement des parcours. Nous y reviendrons…


A. M

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article